Médias/Télé Lancé ce jeudi 15 février, le nouveau média 100% belge implique les artistes dans le processus créatif. Présentation.

Les "grands esprits" se sont rencontrés. Comme l’explique Eric Adelbrecht, directeur général de Radio Contact, "nous avions l’envie d’enrichir une webradio, d’aller plus loin que le média traditionnel et nos idées ont rejoint celles de Martin et de son équipe". Martin, c’est Martin Vachiery, journaliste chez RTL depuis 2010 et spécialiste de la culture hip hop, qui résonne en lui depuis tout jeune.

Avec l’appui du groupe privé, l’idée de "Check" a grandi pour devenir, dès ce jeudi, une plateforme numérique consacrée à la "pop culture" sous toutes ses formes. "On a décidé de s’associer à des experts de la musique, de la production et du marketing digital", précise Eric Adelbrecht. C’est donc très naturellement que Gigizik, chargée de la production audiovisuelle, et Back in the Dayz, chargée de la direction artistique, ont rejoint le projet. Au niveau du contenu, "Check" mise sur le format vidéo et des articles "de qualité". Et pour les alimenter, Martin, rédacteur en chef et programmateur musical tout en restant au JT, a fait appel à des "partenaires crédibles" : Caballero et la journaliste Elsa Fralon. "On va jouer sur la notoriété des artistes et de nos partenaires pour augmenter l'aspect viral des vidéos", annonce les initiateurs du projet.


Cinq supports, cinq formats vidéo

Concrètement, "Check" est une nouvelle marque de contenus qui se décline sur cinq supports : le site web (www.checkcheckcheck.be), YouTube, Facebook, Twitter et Instagram. Tous les jeudis, une vidéo sera publiée simultanément sur ces supports en alternant entre cinq formats. Dans "Check Mag", Martin Vachiery "offre une exploration en 15 minutes de l’univers culturel, social et musical d’un artiste" qu’il rencontre. Dans "Check Live", des artistes tournent un clip inédit en animation 3D dans un monde "coloré, arty et conceptuel". Dans "Check Food", le rappeur Caballero (actif sur la scène musicale avec son comparse JeanJass) nous invite dans des restaurants bruxellois pour "faire le zinzin avec un invité". L'objectif est d'offrir, en quatre minutes, une "exploration gourmande, drôle et décalée", et de découvrir des talents culinaires et artistiques. Dans "Check City", Elsa Fralon, "fille du moove et passeuse de disques", nous emmène dans l’envers du décor de lieux, communautés ou artistes "avec un ton libre et décalé" . Une immersion sociétale inédite loin des clichés. Enfin, dans "Check Summer", on plongera avec des artistes dans les coulisses des festivals de l’été.

"Check" évolue avec son époque

Véritable "laboratoire des nouveaux modes de production", Check entend aussi imposer sa signature sur des événements, des concerts et des festivals. Enfin, il s’agit d’une webradio (qui remplace Contact RnB) en flux continu, avec "une belle sélection diversifiée", confie Martin Vachiery, impatient de mettre "des talents belges à l’honneur". Car ce sont les artistes qui sont au cœur du processus créatif, mais en dehors du cadre promotionnel classique. 

Parce qu'on pense forcément à la comparaison avec "Tarmac" (RTBF) lorsque l'on évoque un média musical "jeune", l'équipe de "Check" est très claire. "Il n’y a aucune concurrence avec Tarmac car on ne s’adresse pas au même public. Eux s'adressent aux adolescents et se concentrent sur le hip hop. Check évolue avec son époque sans parler à une génération précise. Nous ne nous sommes fixés aucun public cible", annonce Martin Vachiery, qui ne peut s'empêcher de citer l'exemple de son père, 60 ans et amateur de rap. 

Que des sociétés comme RTL et Cobelfra (éditrice de Radio Contact) soutiennent un projet 100% web et urbain peut surprendre, mais selon Eric Adelbrecht, il s'agit d'un "risque calculé". "Si on ne lance pas ce genre de média aujourd'hui et que la direction dit non, c'est simple, on meurt. On se doit d'évoluer avec notre époque, de mettre en avant des artistes qui passent peu en radio et de miser à fond sur le format vidéo".

Le nouveau média belge, résolument esthétique, se veut "curieux et libre". Démonstration ce jeudi avec le 1er "Check Mag" sur Roméo Elvis.