Médias/Télé

Et un ajustement à la RTBF, un! Un des premiers chantiers sur lesquels s'était penché Philippe Longtain, un mois après sa nomination à la tête de l'unité «Musique et danses», avait été «MP 3», le magazine musical de la deux. C'était en septembre dernier, et le programme, reconnaissait-on unanimement, manquait de visibilité. Quelques mois plus tard, le constat reste d'actualité. Malgré les efforts consentis, avec l'adjonction d'un présentateur et, quand l'occasion se présentait, d'entretiens avec les musiciens mis à l'honneur, «MP 3» stagne. Un état de fait intolérable pour Philippe Longtain: « le fait est que, dans le cadre d'un service public, on a pour mission de bien investir l'argent du public, et qu'avec les audiences réalisées, il nous semblait évident qu'on n'élargissait pas » à tous les publics. Et que «MP 3» ne pouvait garder un public, peut-être fidèle mais de niche. De cette réflexion jaillira le 17 avril prochain «Dé6Bels», une évolution dans un processus entamé de longue date, qui se veut plus en phase avec l'attente des téléspectateurs. Un produit, aussi, qui repose sur deux piliers: « Etre efficace et avoir un rôle pédagogique », résume Philippe Longtain.

Pour remplir ce cahier des charges, le nouveau magazine s'articulera en deux parties. Dans l'esprit de son prédécesseur à l'antenne, le corps de «D6Bels» est constitué par la diffusion d'un concert, mais sur une durée plus courte de 26 minutes (au lieu de 52 minutes auparavant). Un choix dicté par l'audimat, mais aussi par l'évolution du marché de la musique, qui fait de plus en plus la part belle aux DVD et aux captations filmées de concerts. Ainsi «D6Bels» espère-t-elle, sans couper l'herbe sous le pied des maisons de disque, pouvoir disposer d'une matière apéritive, et - ce n'est pas négligeable - à moindre coût en ce qui concerne les pointures internationales telles que The Rasmus, Jean-Jacques Goldman, Coldplay...

Pointu et grand public

Mais on connaît le personnage, Philippe Longtain, et son bagage (cinq ans de «Conviviale Poursuite»); ce dernier n'aurait pas cautionné un programme qui n'ouvre pas une fenêtre sur la production musicale en Communauté française. Les Girls in Hawaii, Ghinzu, Fred and The Healers, Venus et autres Showstar trouveront donc aussi un endroit où s'exprimer, présenté par deux nouvelles têtes venues de la radio, Claire Gendrot (de Radio 21) et Thomas Simonis (venu de Bruxelles Capitale et actuel responsable de la programmation musicale sur La Première).

L'esprit est donc clair: à côté des 26 minutes de concert, «D6Bels» s'ancre «à l'actualité et aux productions culturelles en Communauté française », explique un Thomas Simonis très convaincant sur les pilotes réalisés. « On multipliera les mini-séquences pour réaliser une sorte de synthèse entre un public pointu et des productions grand public », telles que des extraits de concert ou de clip, des plongées en coulisses, des sujets réalisés par le Journal Télévisé, ou encore via des partenariats avec d'autres émissions de la RTBF. Cette tentative d'« ouverture » sera-t-elle la bonne? « Je n'ai senti aucune pression », assure Philippe Longtain. Place, dès lors, à la musique.

© La Libre Belgique 2004