Médias/Télé

Pourquoi le jambon sous vide est-il aussi rose ? Même celui dont Herta vante ses mérites 100 % naturels ? Grâce - ou plutôt à cause - du nitrite de sodium qui fait rosir la viande de porc. L’aditif - que l’on trouve aussi sous l’appellation E250 - est suspecté de jouer un rôle dans le développement du cancer colorectal, le troisième cancer le plus mortel en France.

Merci Elise Lucet. Et merci Sandrine Rigaud. Cette dernière est partie à la rencontre des lobbyistes du marché de la viande et de la charcuterie, à la rencontre des politiques et des industriels à Bruxelles, à Paris et aux Etats-Unis. Tandis qu’Elise Lucet, à la manière d’un diable qui sort de sa boîte, interpelle grand patron (savoureux moment avec le dirigeant de Herta) et ministre pour les confronter calmement, mais fermement, aux résultats de son enquête.

La journaliste et son magazine, produit par "Premières Lignes", ont beau être connus, tous ceux qu’Elise Lucet interpelle à visage découvert semblent pris comme des lapins dans les phares d’une voiture.

Une stratégie planétaire

Rien qu’en France, le secteur de l’industrie agroalimentaire pèse 170 milliards d’euros de chiffres d’affaires, par an. Autant que le PIB de la Bolivie, du Cambodge, de la Cote d’Ivoire, de l’Estonie, de la Géorgie, de l’Islande, du Mali… A l’échelle mondiale, ce marché se compte en trilliards d’euros.

Aux Etats-Unis, à la fin des années 70, le nitrite risque d’être interdit. Mais le lobby américain de la viande intervient. En 1980, Ronald Reagan est élu président des Etats-Unis. Le président du lobby de la viande rentre au gouvernement. L’interdiction du nitrite est définitivement enterrée.

Dans les années 90, une étude de Susan Preston-Martin, chercheuse américaine en épidémiologie, fait le lien entre hot-dogs et cancer. Le principal vendeur de saucisse est Oscar Mayer, une marque du groupe Kraft Foods qui appartient à… Philip Morris. Pour éliminer ses adversaires, le cigarettier n’hésite pas à utiliser la stratégie pratiquée dans l’industrie du tabac : le doute. En créant le doute, il tente de décrédibiliser le travail de la scientifique. Pendant ce temps, il gagne du temps. Et les bénéfices continuent de couler à flot.