Médias/Télé Ce samedi 30 septembre, Sandrine Rousseau, ancienne élue écologiste qui accuse Denis Beaupin d'agression sexuelle, était invitée sur le plateau d' "On n'est pas couché" (ONPC).

Le but de son livre "Parler" est de "lever le tabou sur les violences sexuelles et les violences faites aux femmes".

Au cours de cette émission, une violente altercation a eu lieu entre Sandrine Rousseau, qui a fini en pleurs et Christine Angot, qui a quitté le plateau d'ONPC. La romancière a, pour rappel, était victime d'inceste de la part de son père.

Comme l'a révélé France Inter, Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, a écrit une lettre à Olivier Schrameck, le président du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) pour dénoncer le traitement de ce sujet qui a été fait dans l'émission de Laurent Ruquier.


"À l'heure où 84.000 viols sont commis chaque année en France et où seulement 1% des agresseurs font l'objet d'une condamnation, il est éminemment regrettable qu'une victime ayant le courage de briser le silence autour des violences sexuelles soit ainsi publiquement humiliée et mise en accusation", écrit-elle. "L'accueil de la parole des victimes dans les émissions de divertissement n'est pas digne du combat qu'elles (France Télévisions) mènent pour que cessent ces violences sexistes et sexuelles."

"Je vous serais donc reconnaissante de m'indiquer si, au regard de la gravité de ces faits, le Conseil entend engager une procédure d'instruction relative à cette séquence", demande Marlène Schiappa.

Ce n'est pas la seule à avoir écrit en ce sens au CSA, qui affirme avoir reçu "un millier de signalements" après cette émission.