Médias/Télé

ENTRETIEN

Le CA de RTL-TVI a nommé, vendredi, Philipe Delusinne, 44 ans, actuel directeur général de Young & Rubicam, comme nouvel administrateur-délégué à la place de Pol Heyse, et Freddy Tacheny, 41 ans, actuel patron de la régie IP (interne à TVI), comme directeur général de la chaîne en remplacement d'Eddy De Wilde. L'arrivée de Delusinne est une surprise. L'homme, brillant, est un spécialiste de la publicité mais il est aussi administrateur suppléant à la RTBF et en charge de la communication de la chaîne publique depuis 5 ans. Il fait partie du `brain trust´ de Di Rupo, est proche d'André Flahaut et fut cité comme candidat à la succession de Druitte. `Ici, à TVI, tout fut conclu en 9 jours, dit-il. On est aux antipodes des discussions sans fin à la RTBF.´ Un duo de choc constitué non sans peine, semble-t-il, puisque Jean-Charles De Keyser avait préparé toute une équipe autour de Tacheny mais que Didier Bellens, l'administrateur-délégué de RTL Group, a imposé Delusinne (avec des grincements chez Frère), au-dessus de Tacheny, pour un rôle de supervision générale, de stratégie, de gestion financière et un rôle de communication institutionnelle (relations publiques) pour renouer les fils avec le monde socio-politique belge. Freddy Tacheny prenant en charge tout l'opérationnel, le `day to day´, pour la TV, la radio et la pub. Le duo sera secondé par Michel Joiris directeur TV, et Francis Goffin, directeur radio, communication et diversification.

Nous avons rencontré Philipe Delusinne (dont nous dresserons un portrait plus complet dans `La Libre´ de ce lundi).

Curieux de voir un homme actif à la RTBF, proche de Di Rupo, à la tête de TVI?

C'est le contraire. Le fait que je connaisse bien le secteur et que j'y ai travaillé pour la RTBF faisait de moi un candidat possible pour TVI. Je ne fais pas d'opposition privé-public, je ne me considère pas comme passant à l'ennemi.

Vous ne voulez pas encore parler de l'avenir, mais y a-t-il un agenda caché qui impliquerait un plan social, ou des rapprochements avec des chaînes comme AB 3 ou M 6?

Je ne parlerai pas encore du futur. (NdlR: mais, vendredi, Philippe Delusinne, devant l'ensemble du personnel, a solennellement assuré qu'il venait sans agenda caché, qu'il allait `gérer´ les coûts mais pas les `couper´ et qu'il gérera au mieux des intérêts à la fois des actionnaires, des téléspectateurs et du personnel.)

On vous dit proche du PS, n'allez-vous pas influencer les rédactions?

Dans mon métier, je suis a-politique. Mais il est vrai que j'ai des amitiés avec Di Rupo mais aussi avec un libéral comme Eric André. Dans mon nouveau rôle, je fais confiance aux équipes journalistiques qui font très bien leur boulot. Je me contenterai de bien vérifier que le pluralisme est assuré, que la chaîne ne devient pas partisane et qu'elle donne bien la parole à tous. Je jetterai d'autre part des passerelles, car notre chaîne doit être celle de toutes les composantes de notre Communauté.

Votre entente avec Tacheny?

C'est un ami de dix ans. Nous avons appris à nous connaître, à travailler ensemble sur des dossiers, à nous apprécier. Il incarne parfaitement la maison. Nous sommes, de plus, entourés par deux professionnels de grand talent.

Loft Story 2, cela ne vous gêne pas?

La vocation de la chaîne est claire, elle inclut le divertissement et nous devons répondre aux demandes en la matière, de notre public.

© La Libre Belgique 2002