Médias/Télé

Les entreprises publiques sont au coeur du débat politique. Après la faillite de la Sabena et les troubles à La Poste, Daniel Ducarme a présenté, ce week-end, les propositions libérales pour réformer les entreprises publiques. Cela concerne aussi la RTBF, dans la tourmente pour l'instant à cause des dettes énormes de la RMBI, la filiale internationale de sa régie publicitaire. Le ministre de tutelle, Richard Miller a réagi comme l'éclair en présentant, dès mardi, un avant-projet de décret modifiant le statut de la RTBF. Un texte qui doit encore être discuté entre les partis de la majorité mais qui pourrait passer très vite devant le gouvernement. Le texte compte quatre points marquants:1. Il obligerait dorénavant à ce qu'avant chaque nouveau contrat de gestion , un débat parlementaire soit organisé sur la RTBF, comme ce fut fait cette fois-ci.2. Il instaure un comité de concertation, en plus bien entendu de la commission paritaire existante. Ce comité serait composé du président du conseil d'administration, de l'administrateur-général, du ministre de tutelle et des représentants syndicaux (un au minimum par syndicat et deux au maximum). Ce comité serait appelé à discuter de tout projet qui aurait un impact sur le personnel. Richard Miller avait déjà instauré `de facto´ ce comité en discutant avec les syndicats du nouveau contrat de gestion. Un tel comité créé `de jure´ pourrait être informé ausi de dossiers comme celui de la RMBI.3. Point chaud. Le ministre veut organiser des élections sociales, ce qui ne se fait pas dans les entreprises publiques. Pour l'instant, à la commission paritaire il y a quatre représentants de la CGSP et quatre de la CSC, désignés par leurs membres. Il n'y a pas de comptage des membres. Cette représentation est immuable depuis des années. Il y aurait, tous les quatre ans, des élections ouvertes à toutes les listes `représentatives de tous les travailleurs´ (pas question de listes `corporatistes´, dit-on). Sans doute l'occasion de voir une liste syndicale libérale représentée au comité paritaire....4. La RTBF devrait présenter chaque année un rapport pour le Parlement, le gouvernement et le conseil supérieur de l'audiovisuel. Ce rapport devrait obligatoirement rendre compte de la situation de toutes les filiales. Richard Miller s'étonne, en effet, que le rapport annuel de la RTBF évoquait bien en 1997 et 1998, la situation de la RMB et de la RMBI, `quand tout allait bien´, mais qu'il n'y avait plus une ligne en 1999 et 2000 `quand des choix importants ont été faits´.

Du côté de la CSC, M. Gilquin se réjouit de ce texte. La CSC, dit-il, demandait depuis des années, des élections sociales et la création d'un comité de concertation. Michel Nollet, président de la FGTB, se réjouit de ce comité de concertation mais pour les élections sociales, renvoie le débat à une négociation avec l'ensemble des entreprises publiques et avec les centrales concernées.

© La Libre Belgique 2001