Médias/Télé Le nouveau pôle installé à Charleroi a été inauguré vendredi.

Synergie et symbiose sont les maîtres-mots du nouveau bâtiment partagé par les équipes de la RTBF et de Télésambre. Le projet trouve son origine en 2011 dans une initiative des forces vives de Charleroi. Le projet, dont la dernière pierre a été posée le 12 mai dernier, s’inscrit aussi dans la réorganisation des sites de production locale de la RTBF. Vient s’ajouter la revitalisation urbaine de la Ville, qui a rendu la place de la Digue, où se situe la nouvelle adresse de Mediasambre, piétonne.

Architecture et environnement

Le bâtiment, anciennement un parking, s’insère avec cohérence parmi les bâtiments voisins. Résolument moderne, il est entièrement vitré pour offrir une lumière généreuse aux équipes. "L’idée était que le rez-de-chaussée et le studio TV puissent être visibles de l’extérieur. C’est l’identité même du bâtiment", explique un membre du bureau d’architectes derrière le projet. Favoriser les regards était une volonté commune des deux médias et de la Ville. Les vitres cloisonnent toutes les pièces, la verrière et les quatre terrasses offrent une luminosité impressionnante. C’est aussi sa basse consommation d’énergie qui fait de Mediasambre un pôle tourné vers l’avenir. Au-delà des 98 panneaux photovoltaïques sur le toit, la réutilisation des eaux de pluie et la récupération de la chaleur lui ont permis d’être certifié par un label de performances environnementales.

Studios et technologies

Mediasambre comprend la Maison des Médias dans le prolongement de son entrée. Un lieu qui deviendra un espace d’interaction entre le public et la RTBF. Le studio TV permet de changer de décor pour plusieurs usages : le tournage d’émissions, la production de journaux télévisés et l’accueil de coproductions.

Au premier étage s’étend une newsroom de 210 m² comprenant sept cellules de montages et les bureaux de Télésambre. Les trente postes de travail partagés par les deux médias s’étalent sur ce plateau polyvalent, même si leur indépendance reste de mise.

Le "Studio 60 multimédia", dans le prolongement des rédactions, est une petite révolution en soi. Il traduit la convergence des métiers des médias, permettant d’enregistrer et de diffuser des programmes radio, télé ou web. "Nous sommes les premiers en Belgique à utiliser ce système à la pointe", se réjouit Christophe Scaillet, directeur général de Télésambre. Le deux médias se sont réparti le budget de ce studio et se partagent son utilisation depuis quelques jours. "Le décrochage matinal de Vivacité s’enregistre ici puis les journaux radios et ensuite le JT du soir de Télésambre. Le studio permet une flexibilité et une synergie jamais réalisées avant", précise Francis Goffin, directeur des radios de la RTBF. Plus autonomes, ces technologies permettent aussi à Télésambre d’envoyer davantage de journalistes sur le terrain.

Ancrage local

Chaque élément du bâtiment a été conçu pour un confort de travail optimal et une parfaite harmonie avec les valeurs de Charleroi. "L’objectif pour tous était de réimporter le service public au cœur de la ville et de pouvoir échanger avec sa population", explique Iris Pissens, chef de projet. L’escalier hélicoïdal qui mène au centre de la newsroom est unique, fabriqué dans un atelier wallon. "Il rappelle la nature industrielle de Charleroi." Ces 20 000 m² qui viennent s’ajouter au bâtiment existant côté boulevard Tirou insufflent l’idée d’une collaboration médiatique enrichissante. Les Carolos ont su accueillir le projet comme il se doit, avec concerts et visites guidées tout le week-end.