Médias/Télé Entretien

En duo radio depuis huit ans, la rentrée devait se passer sur du velours pour Barbara Mertens et Pascal Vrebos. Mais la profonde refonte de la grille de Bel RTL en a décidé autrement. Levée aux aurores depuis une semaine, Barbara Mertens, devenue il y a quelques mois à peine rédactrice en chef de Bel RTL, détaille les défis et livre ses premières impressions.

"C’est un tout autre projet, même si les deux protagonistes restent les mêmes. On ne refait pas le matin ce qu’on faisait dans Bel RTL Soir. Notre volonté est de faire une émission réactive avec le plus d’actu possible et quelques invités prestigieux. Nous y avons beaucoup travaillé pendant l’été avec Laurent Haulotte et Jean-Jacques Deleeuw, d’abord, puis avec Pascal Vrebos, bien sûr. Le rythme est très différent car on s’adresse à des auditeurs qui font autre chose en nous écoutant. Le soir, ils étaient souvent sur la route ou de retour chez eux; ils avaient un peu plus de temps pour participer. Le matin, les auditeurs sont en marche vers leur journée de boulot ou sur le chemin de l’école des enfants; il faut proposer quelque chose de très dynamique. D’où l’introduction de rendez-vous de titres au quart d’heure pour que ceux qui se branchent en cours de matinale aient l’info rapidement."

Donner de la visibilité aux personnalités de la télé en radio est l’une des clés des changements de la rentrée. Cela passe notamment par la multiplication des chroniques : Luc Trullemans, Jean-Paul Andret, Philippe Malherbe ou Fabrice Grosfilley défilent tout au long de la semaine. Ajoutez à cela le "Votez pour moi" de Dubus et Lamy et vous avez une tranche profondément reliftée. "Depuis 18 ans, on n’a jamais autant changé de personnes et de cases; on n’a viré personne mais chacun a trouvé une nouvelle place qui correspond soit à nos aspirations soit aux siennes. On insiste beaucoup sur le ton, pour que quel que soit le journaliste à l’antenne, on reconnaisse la "RTL touch", ce qui se traduira aussi par l’accompagnement des auditeurs", précise encore Barbara Mertens.

Changement d’horaire et de fonction, des défis à combiner. "Plusieurs choses sont effectivement arrivées en même temps. On m’a proposé de redynamiser la matinée car l’idée de la chaîne est de mettre des personnes-phares à un moment-phare de la journée. Ensuite, Thierry Dupiereux est parti et on m’a proposé le poste de rédactrice en chef, donc de toute façon ma présence s’imposait en matinée. Alors, tant qu’à être là, autant être à l’antenne, ce qui constitue un plaisir quotidien Sur un plan personnel, je redécouvre les rendez-vous d’info en soirée, mais je continue à essayer d’écouter mes collègues français le matin. Comme j’ai 40 minutes de trajet, je zappe ou je les écoute en différé."

Tout faire pour redevenir "leaders" est l’objectif fixé par Jean-Jacques Deleeuw, patron de Bel RTL. "Je suis partie pour une saison. Ce n’est pas comme en télé où, si cela ne fonctionne pas tout de suite, on supprime l’émission après trois numéros. Nous avons l’espoir que notre travail sera payant et que nous fidéliserons les auditeurs au fil de la journée. Car c’est surtout sur la durée d’écoute que nous avons perdu des plumes; en nombre d’auditeurs, nous restons toujours n°1. Quels que soit l’heure ou le jour, notre volonté est que l’info soit forte, crédible et professionnelle et qu’elle le reste, qu’il n’y ait pas de nivellement au fil de la journée. Nous voulons offrir une information claire, vérifiée et qui intéresse l’auditeur."

Après une semaine, beaucoup de petits messages lui sont arrivés par SMS. "Le lien entre Pascal et moi est resté, les auditeurs nous ont retrouvés, mais il n’y a pas pour autant de défection pour le 'Bel RTL soir’" désormais animé par Frédéric Cauderlier. "Avec qui je travaille beaucoup, précise-t-elle, car cette émission c’est un peu mon bébé. Bien sûr, à chacun sa manière de la faire; chacun doit s’installer. Mine de rien, c’était pas mal de boulot pour tout le monde."