Médias/Télé

"On les a sentis trop nerveux. Pour une équipe qui joue le contre, je trouve que derrière on n’est pas assez compact. On a laissé beaucoup trop d’espace entre les lignes. " Interrogé par Benjamin Deceuninck dans "Bleu Blanc Mag" sur La une mercredi soir, l’ancien Anderlechtois Thomas Chatelle a apporté son regard critique sur la prestation des Diables Rouges face à la Suède. Même chose pour Frédéric Waseige, autre consultant de la chaîne publique qui estimait que nos joueurs n’avaient "pas assez mis le pied sur le ballon ".

Offrir un point de vue

Si le terrain de foot est un échiquier complexe où chaque joueur exerce un rôle précis, il faut bien des experts pour analyser la partie. C’est précisément le rôle des consultants. Ces anciens sportifs reconnus pour leurs qualités techniques, fins observateurs du ballon rond, sont omniprésents sur les plateaux télé. " Ils apportent un point de vue qui est basé sur l’expérience , explique Michel Lecomte, le chef de la rédaction sportive de la RTBF. Leur regard est différent de celui des journalistes. Le but, c’est que grâce à eux le téléspectateur se dise : ‘Je comprends mieux’. Il faut rester accessible au grand public et ne pas tomber dans l’analyse d’expert trop pointue."

Un peu comme dans une équipe de foot, l’objectif de la chaîne publique est aussi de "faire tourner" ses consultants pour éviter que les téléspectateurs voient toujours les mêmes têtes. "Une de nos forces sur la RTBF, c’est la diversité. On veut éviter le danger de la redondance", précise encore Michel Lecomte .

" Un bon consultant a une capacité d’analyse, une légitimité en fonction de son profil d’ancien footballeur. Il est capable de déterminer ce qu’il se passe dans la tête des joueurs sur le terrain. Il apporte aussi une touche de bonne humeur, de mise en retrait, voire de légèreté ", ajoute Christine Schréder, chef d’édition Sports chez Voo Sport et intervenante régulière dans les émissions foot de la RTBF.

Quant à Stéphane Pauwels, présentateur de "100 % Stef" sur Bel RTL, il estime que tout est question " d’authenticité. Il ne faut pas tomber dans le copinage, le chauvinisme ou le favoritisme. C’est d’autant plus difficile qu’il y a une grande susceptibilité dans le milieu du football."

D’un plateau à l’autre