Médias/Télé

Le 27 mars démarre une nouvelle «Odyssée» ertébéenne aux contours européens, cette fois. La destination en est les dix nouveaux adhérents à l'Union. Un élargissement que la deux veut vivre au plus près du quotidien des jeunes. Nous détaillerons plus tard cette aventure - qui fut l'occasion de la rencontre avec Elodie de Sélys - mais pour situer l'action, sachez que dix jeunes visages de la chaîne ont été envoyés à la rencontre de dix jeunes témoins des futurs pays européens avec pour mission de confronter leurs quotidien, aspirations et questionnements. En résulte une série de dix émissions originales et contrastées sur la vie à Vilnius, Riga, Tallin, Varsovie, Prague, Budapest, etc. Un programme proposé par Carine Despontin et Alexandre Pletser.

«Alexandre, avant, était délégué à la production de «Tu passes quand tu veux», il a donc pensé à Florence Hainaut et à moi pour son projet: «Europe 10 points». En fait, après le journalisme, j'ai fait un DEA ( diplôme d'étude approfondie, ndlr) en relations internationales et intégration européenne.» Un troisième cycle pour lequel Elodie doit encore rendre son mémoire pour... septembre 2004 au plus tard.

«Les matières européennes m'intéressaient à la base. Si je n'avais pas trouvé un emploi à la RTBF, j'aurais aimé travailler dans un organisme en relation avec l'Europe ou faire un stage à la Commission... La proposition d'Alexandre rejoignait mes centres d'intérêt. L'équipe d'«Archives» me fait confiance pour la gestion de mon temps, ils n'ont donc fait aucune difficulté et ont aménagé l'agenda des tournages pour que je puisse participer à ce nouveau projet.»

Riga, Vilnius, Tallin, Varsovie et bientôt Nicosie (Chypre) se sont inscrits au programme de la brune. En duo (avec Raphaël Charlier de «Cybercafé», Cathy Immelen de «Screen» ou Florence Hainaut de «Tu passes quand tu veux») ou en solo. Elle a également participé à l'élaboration des scénarios dont le premier jet est le fruit de l'imagination du producteur Alexandre Pletser. Un canevas que vient enrichir chaque animateur, par sa façon de mener les entretiens et les divers témoins, par les idées qu'ils apportent. «Si on fait des propositions d'interviews ou de sujets, il importe que cela reste une approche personnelle et que toutes les villes ne se ressemblent pas.» Par contre, Elodie de Sélys écrira les voix off et les commentaires défilants pour les dix villes, réminiscence de son travail dans «TPQTV».

En rentrant de Varsovie, son agenda était à nouveau bien rempli: post-production de Vilnius et Riga, enregistrements (retardés) d'«Archives». «Je suis fatiguée mais j'aime assez cette dose d'adrénaline» car même si elle ne désire pas encore en parler, elle caresse d'autres projets, à l'image d'une jeunesse éprise de variétés... mais très lucide aussi. «Bon, je crois qu'on a fait le tour, ma «carrière» s'arrête là» conclut-elle en riant.

© La Libre Belgique 2004