Médias/Télé

L'ancien talent de "The Voice Belgique", Loïc Nottet, défendra les couleurs de la Belgique à la 60e édition du concours Eurovision de la chanson avec le titre "Rhythm inside", qu'il a présenté mardi matin dans une Maison de Vienne (Bruxelles) comble.

Le jeune Courcellois sera, dans un premier temps, confronté à quinze autres chanteurs européens à l'occasion de la première demi-finale du concours, qui se tiendra le 19 mai prochain à Vienne. Ecrite par Beverly Jo Scott, l'ex-coach de Loïc Nottet dans le télé-crochet de la RTBF, et composée par le chanteur lui-même, "Rhythm inside" rappelle que chacun donne la direction qu'il souhaite à sa vie. Sur des sons résolument pop et électro, et quelque peu teintés de hiphop, l'interprète veut "faire danser tout le monde".

Artiste complet - il a participé à la conception intégrale du projet et s'est impliqué dans la chorégraphie, le stylisme et les effets visuels -, Loïc Nottet s'est également entouré d'une équipe de haut niveau pour réaliser "Rhythm inside". La chanson a en effet été produite par Luuk Cox/Shameboy (Stromae, My little cheap dictaphone, Girls in Hawaii) et masterisée par Stuart Hawkes du studio londonien Metropolis (Sam Smith, Lorde, Amy Winehouse).

Notre représentant se mesurera notamment, dans un premier temps, aux artistes finlandais, néerlandais, russes et roumains le 19 mai devant les 16.000 spectateurs du stade "Wiener Stadthalle" de Vienne. S'il se hisse en finale, il rejoindra, le 23 mai, les pays automatiquement qualifiés: l'Autriche, la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, l'Italie, l'Espagne et, grande première dans le concours européen de la chanson, l'Australie. Le pays des kangourous est en effet l'invité d'honneur de cette édition jubilaire. Installée directement parmi les finalistes, l'Australie ne pourra cependant accueillir le concours en cas de victoire - celui-ci restant sur le Vieux continent "quoiqu'il arrive". S'il sort vainqueur, le pays sera tout de même invité à retenter sa chance pour l'édition 2016.

Au total, quarante Etats essayeront de succéder à l'Autriche et à son chanteur travesti à barbe, Conchita Wurst. Les shows attireront près de 200 millions de téléspectateurs à travers le monde, faisant de l'Eurovision le programme télévisé européen le plus regardé.

En Belgique, cette année encore, c'est au duo Maureen Louys/Jean-Louis Lahaye que reviendront les commentaires des trois émissions musicales. La Une diffusera les épreuves des 19, 21 et 23 mai, tandis que VivaCité retransmettra la première demi-finale et le rendez-vous ultime. La télévision publique ne s'arrêtera pas là puisqu'elle proposera un documentaire sur Loïc Nottet avant sa première prestation (La Une, 19 mai) et l'émission événementielle "Les plus grands tubes de l'Eurovision", produite pas la BBC, le 12 mai. Enfin, la première demi-finale sera retransmise en direct sur le livecenter de la RTBF, de même que la finale.


La réaction du chanteur

"C'est une chanson qui parle d'universalité parce que les inégalités me mettent hors de moi. Je ne supporte pas qu'on dévisage une femme car elle est plus ronde que les autres ou même une personne qui est d'origine étrangère. C'est vraiment montrer à quel point on peut être abruti par moment. On a tous des histoires différentes mais au fond, on a tous le même cœur et c'est vraiment le message que je voulais véhiculer à travers la chanson. L'universalité un thème qui se prête plutôt bien à l'Eurovision. Comme il y a beaucoup de soucis au niveau de la langue en Belgique, j'ai voulu trancher. Je ne chanterai ni en français, ni en néerlandais mais en anglais, une langue qui est comprise par la majorité des gens. Se dire qu'un petit gars de 18 ans représente toute la Belgique, ça pourrait être stressant mais je suis quelqu'un qui ne se prend pas la tête. On est venu me chercher pour faire l'Eurovision. Ils ont adhéré à ce que je faisais. On m'a pris comme j'étais donc je vais faire mon boulot comme je sais le faire. Donc la pression est moins grande. J'ai également pensé la mise en scène pour le show. Ce sera quelque chose de très différent de ce qu'on voit à l'Eurovision d'habitude. Ce sera quelque chose de très carré, robotique, tout en noir et blanc. Un show très simple qui change des paillettes, etc."