Médias/Télé Sur France 3, à 20h55 ce lundi.

Magazine Fanny Agostini prend la relève de "Thalassa", à la suite de Georges Pernoud. Dès ce premier numéro de la saison, un vent de modernité souffle sur le magazine, qui a été remanié sans renier ses fondamentaux : le récit d’histoires humaines, un cadre maritime. La journaliste se met en scène pour emmener par la main son public, clairement familial. Elle se prête au jeu de la pêche, du paddle, ou du canoë-kayak, pour des plateaux enjoués. Son enthousiasme n’est pas feint et elle apporte sa touche personnelle, pour faire le lien entre les différents reportages.

Avant d’aller observer les effets du réchauffement climatique dans l’archipel norvégien du Spitzberg, en Arctique, à bord d’un petit navire d’expédition pour touristes, le magazine s’attarde dans les îles bretonnes. Fanny Agostini part à la rencontre de familles qui ont osé tenter l’aventure de devenir des îliens, obligés de vivre en quasi-autonomie. Défi relevé par David et Soizic il y a dix ans à Quéménès, en mer d’Iroise. Ils ont accepté de rejoindre cet îlot pour y redonner vie à une ferme, avec le soutien du Conservatoire du Littoral, propriétaire du lieu. Ils y ont aussi fondé une famille. Le récit, qui souffre par endroits de longueurs, oscille entre anecdotes personnelles et plaidoyer pour une vie plus en phase avec la nature.

Paysages dignes des Bahamas

La fibre écolo est le point commun de ces reportages tournés à Ouessant, à Groix ou à Sein. C’est là que François Spinec, dernier pêcheur de l’île, a décidé de monter au créneau. Pour dénoncer l’approvisionnement en énergie : à Sein, comme dans la plupart des îles françaises, l’électricité provient d’une centrale à fioul, procédé à la fois coûteux et préjudiciable à l’environnement. Des panneaux photovoltaïques y ont déjà été installés, mais François Spinec, fondateur, avec d’autres îliens, de la société IDSE (Ile de Sein Energies), rêve d’aller plus loin dans la transition énergétique et d’assurer l’approvisionnement en électricité par le biais d’hydroliennes et d’éoliennes. Il prend ainsi exemple sur d’autres îles européennes : Samsø au Danemark, Hierro aux Canaries ou Eigg en Ecosse.

Notons le soin apporté à une réalisation qui n’hésite pas à avoir recours aux images aériennes pour mettre en valeur le littoral français. Comme le suggère Fanny Agostini à Ondine, une pêcheuse et guide-conférence d’Ouessant : "On a ici des paysages où, si on ne précise pas l’endroit, on a l’impression d’être aux Bahamas !"