Médias/Télé

Patrick Dils voulait "juste rentrer" chez lui, dit-il. Il rentrera finalement quinze ans plus tard. Le 30 avril 1987, alors qu’il n’a que 16 ans, Patrick Dils est en effet inculpé d’homicides volontaires sur deux jeunes garçons de Montigny-lès-Metz, en Moselle (France). La cruauté du meurtre marque les habitants, encore sous le choc de l’affaire Grégory : les corps sans vie de Cyril Beining et Alexandre Beckrich, 8 ans, gisaient sur un lit de graviers, le crâne broyé à coups de pierre, le long d’une voie de chemin de fer.

Deux ans plus tard, Patrick Dils est reconnu coupable et de facto condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Son innocence sera reconnue par un tribunal, après 15 ans de détention.

Insultes, racket, passage à tabac, viol. Patrick Dils raconte la prison en 2002 dans un livre baptisé "Je voulais juste rentrer chez moi" (paru aux Editions Michel Lafon). Désormais, le réalisateur, comédien et scénariste français, Yves Rénier, s’en inspire et signe une fiction homonyme, diffusée ce soir à 20h25 sur La Une.

Fiction directe et d’ordre intime

Trois procès d’assises, multiples tentatives de révision, témoignage de Francis Heaulme (le tueur en série aujourd’hui poursuivi pour l’assassinat des deux jeunes garçons), acquittement final… Au-delà d’un fait divers sordide et d’une erreur judiciaire tragique, Yvez Rénier évoque des combats d’ordre intérieur. Il épouse les pas d’une mère, guerrière en marche contre la machine judiciaire; et ceux d’un adolescent craintif, introverti qui déploie lentement ses ailes. Yves Rénier raconte l’histoire extraordinaire de gens ordinaires, dont des ressources insoupçonnées soulèvent une vérité qu’ils étaient seuls à défendre…

Patrick Dils a assisté aux premières séquences de tournage où il a côtoyé son interprète : en l’occurrence, Thomas Mustin (alias Mustii). Le chanteur et acteur belge est tout simplement méconnaissable. A l’image de Mathilde Seigner, mère courage intraitable face au regard tranché, direct, carré du réalisateur, qui joue également dans Je voulais juste rentrer chez moi