Médias/Télé

Le CSA a épinglé mercredi France Télévisions pour un "manquement" en matière de lutte contre les violences faites aux femmes.

France Télévisions a été "mise en demeure" pour la séquence controversée ayant opposé le 30 septembre la chroniqueuse Christine Angot à l'ex-députée EELV Sandrine Rousseau sur les violences faites aux femmes lors de l'émission de Laurent Ruquier "On n'est pas couché" sur France 2.

Une "mise en demeure" est une décision préalable à une éventuelle sanction.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a notamment critiqué un "choix de montage trompeur" dans cette émission enregistrée, enlevant du montage final une séquence où Christine Angot quittait le plateau, mais conservant des séquences où "l'invitée n'a pu masquer son émotion" face aux "propos tenus par les deux chroniqueurs".

En outre, "les interventions de l'animateur (Laurent Ruquier) ont été caractérisées à plusieurs reprises par une attitude de complaisance à l'égard du parti-pris choisi par les chroniqueurs attitrés de l'émission s'agissant d'un sujet particulièrement grave et douloureux", selon le CSA.

France Télévisions n'a pas souhaité commenter cette décision mercredi soir.