Médias/Télé

Ce dernier avait déposé plainte à la mi-janvier contre Fun Radio car il estimait que les auditeurs n'étaient pas suffisamment informés du surcoût lié aux SMS qu'ils envoyaient. Fun Radio, comme d'autres radios en Belgique, a développé une interactivité basée sur l'envoi de SMS et de courriels. Les auditeurs peuvent envoyer des messages qui sont susceptibles d'être lus en direct à l'antenne par l'animateur. Il apparaît que les animateurs n'annoncent que rarement le surcoût lié à l'envoi des SMS.

"De nombreuses émissions de radio sollicitent de la part de leurs auditeurs l'envoi de SMS, dont le prix n'est que rarement annoncé à l'antenne. Cette négligence constitue en réalité une violation à la fois de la loi sur les pratiques du commerce et sur l'information et la protection du consommateur, et du code de conduite que les prestataires du secteur se sont engagés à respecter", explique dans un communiqué le CRIOC.

Selon ce dernier, certains auditeurs se retrouvent alors avec une facture de plusieurs centaines d'euros en raison d'un manque de transparence. "Avec le procès-verbal dressé par l'Inspection économique, nous espérons que Fun Radio sera désormais plus attentive à respecter ses obligations, et n'hésitera plus à informer le consommateur sur les coûts qui lui seront facturés", conclut le communiqué.