Médias/Télé Spéciale Roselmack à la rencontre des habitants avec Hakima Darhmouch. RTL-TVI, 19h45.

Paris. Treize novembre 2015. L’organisation terroriste Etat islamique (EI) revendique une série de fusillades et d’attaques-suicides faisant 130 morts et 413 blessés. Un an plus tard, RTL-TVI "fait le pari de l’intelligence", indique Georges Huercano, responsable des magazines.

Au cours d’une soirée spéciale emmenée par Hakima Darhmouch et son invité, Harry Roselmack, la chaîne privée tentera de répondre à une question brûlante mais essentielle : "Comment des enfants nés en Belgique, qui ont grandi en France, se retournent contre cette société ?", poursuit Georges Huercano. "Je veux vraiment que Hakima et Harry mettent les deux mains dans le cambouis et les deux pieds sur le terrain avec les gens concernés pour poser les vraies questions."

Dépasser l’émotion

"On n’est pas dans la chasse aux scoops, renchérit Harry Roselmack. Ce n’était pas notre volonté. L’objectif est vraiment de décrypter ce qu’il s’est passé car l’année qui vient de se dérouler a été dense en faits. Il est temps de se poser."

L’émission s’articulera autour d’une série de reportages "récapitulatifs".

"On partira à la rencontre de témoins, de gens qui ont perdu un proche ou qui s’en sont sortis pour parler de leur ressenti et comprendre comment ils tentent de surmonter cette épreuve", explique Hakima Darhmouch.

Le tournage se déroulera d’abord à Paris, où Harry Roselmack guidera la journaliste belge. Hakima Darhmouch prendra ensuite le relais à Bruxelles, à Molenbeek ou encore dans les prisons pour évoquer le radicalisme religieux. Notamment.

Objectifs ? Croiser les regards, "partager des mots". "Vu de France, Molenbeek entretient un lien évident avec le terrorisme", reconnaît le présentateur de "7 à 8", sur TF1. "C’est désormais difficile d’y aller et j’ai l’occasion de le faire avec Hakima. J’ai bien connu ça quand j’ai dû réaliser une immersion dans les banlieues. Les personnalités comme nous sont des clés pour entrer dans ces quartiers car nous représentons ce que les jeunes aimeraient devenir et ce qu’ils sont. Même si ça ne nous donne pas carte blanche, évidemment."

Entourés "d’experts" et d’islamologues, les deux journalistes partiront à la rencontre des Molenbeekois. "On ne va pas seulement dans cette commune pour parler de djihadisme, insiste Hakima Darhmouch. On y va aussi pour parler d’initiatives citoyennes avec ceux qui mettent en place de véritables programmes pédagogiques, artistiques, culturels. Mais on ne va pas non plus occulter ce qui ne va pas. Un malaise existe. Le but n’est pas de juger mais de donner des grilles de lecture pour informer au mieux et faire rempart à la désinformation."

"La Libre Belgique" n’a malheureusement pas eu l’occasion de visionner le programme proposé ce soir. Par ailleurs, "13 novembre, de Paris à Molenbeek" sera seulement disponible pour les téléspectateurs belges.Au.M.