Médias/Télé

Pour Georges Huercano, récent transfuge de la RTBF au cours d'une manoeuvre discutée, et Dominique Demoulin, journaliste judiciaire réputée de RTL-TVI, ce mercredi devait sonner sur la première d'une émission imaginée depuis peu et qu'ils réalisent sur la chaîne privée, "Indices" (19h45). Or il va surtout sonner sur un premier procès, car Didier Mahy, le père de Nathalie, victime du supposé (mais présumé innocent) tueur Ait Oud, est allé mardi en référé.

Il espère une ordonnance d'interdiction de diffusion du sujet consacré à ce dossier (décision ce mercredi) car le traitement du sujet lui a fort déplu. L'un de ses avocats, Me Vincent Sauvage, explique : "M.Mahy est toujours resté à l'écart des médias et n'avait accepté l'interview que pour expliquer comment, en tant que papa, on vit la disparition, les recherches et le décès de son enfant, et comment on redémarre, pour les autres enfants. Il avait aussi accepté d'évoquer la qualité de l'enquête et celle des services de soutien. Il n'était question que de cela". Il aurait été trompé.

L'avocat cite deux articles de presse, "où M.Huercano explique qu'ils sont là pour faire du taux d'audience et qu'il est important de surfer sur les émotions, ce qui est heurtant. Mme Demoulin choque aussi : elle dit qu'"Indices" sera presque aussi alléchant que "Les Experts", que les preuves récoltées ne sont peut-être pas aussi solides qu'on le pense, etc." Me Sauvage regrette le ton d'"Indices" "qui mêle le vrai au faux" et redoute, à cause d'interviews de témoins, une interférence "à sensations" avec le procès.

Du côté de RTL, on se veut réservé. Dominique Demoulin, peu encline aux bévues, nous a déclaré n'avoir pas tenu tous les propos qu'on lui prête,"mais j'ai dit que c'est la première enquête basée sur des constatations scientifiques et que c'est donc un peu "Les Experts" en Belgique". Et d'évoquer une nécessaire délicatesse, respectée. Pour le fond de l'affaire, "nous ne voulons pas polémiquer et nous attendons sereinement ce que le juge dira car nous avons travaillé avec objectivité en donnant la parole à tous".

Mardi, le tribunal a visionné le sujet. Il va dire ce qu'il en pense.

(Lire aussi en p. 10)