Médias/Télé "Tout ça (ne nous rendra pas le Congo)" revient à 20 h sur La Deux.

Ce soir, démarre une nouvelle saison de "Tout ça (ne nous rendra pas le Congo)". Produite par Safia Kessas (désormais responsable de la diversité à temps plein à la RTBF), la collection de treize épisodes abordera des thèmes sensibles, aussi variés que la pauvreté, le développement personnel, le surendettement, l’immigration, la justice, l’emploi, la rue, la sécurité alimentaire.

Diffusé tous les mercredis soirs, jusqu’au 5 juillet, "Tout ça (ne nous rendra pas le Congo)" est par ailleurs en "profonde mutation", indique Sandrine Graulich, responsable des magazines RTBF. La prochaine saison (prévue en janvier 2018) sera désormais produite par Renaud Gilles (producteur de "Tellement ciné" et "Retour aux sources").

Quels changements ?

La ligne éditoriale "ne changera pas", reprend Sandrine Graulich. Nous voulons conserver ce qui a toujours fait la singularité de "Tout ça", ce lien que l’émission a avec les gens, ce qu’elle raconte de leur vie, côté pile ou côté face."

La responsable, qui reconnaît un "essoufflement de l’audience" (*), évoque toutefois "de possibles changements" dans la "narration" (aujourd’hui basée sur une grammaire sans commentaires). "Nous voulons garder cette authenticité du regard sur la société mais peut-être que son ton un peu caustique, ses gros plans sur les gens (qui passaient très bien il y a 10 ans) ne sont plus tout à fait au goût des téléspectateurs. Cette lenteur narrative, aussi, ne se pratique peut-être plus en télévision."

L’équipe de production (en ce compris les réalisateurs) évaluerait actuellement différentes "options", dont le recours à une voix off ou à des interviews face caméra. "On n’a encore rien décidé. Mais nous mettons tout à plat. Il faut aussi reconnaître que les images sont parfois un peu vieillottes, explique la réalisatrice Manon Mottard. On pourrait tout à fait garder le fond et ce qui fait l’ADN de "Tout ça" avec de belles profondeurs de champs par exemple, l’un n’empêche pas l’autre."


---> Ces dernières années, l’émission a, en effet, été programmée de manière un peu chaotique, passant d’une chaîne à l’autre, d’une heure à l’autre, d’un jour à l’autre sans réelle logique pour les téléspectateurs.