Médias/Télé "L’Inde de Joanna Lumley", une série documentaire sur Arte, ce mardi à 20h50.

Joanna Lumley, la ravissante et athlétique Purdey de "Chapeau melon et bottes de cuir", la délurée Patsy Stone dans "Absolutely Fabulous", bref la plus british des actrices, s’aventure en Inde. Soixante-dix ans jour pour jour après l’indépendance du pays, Arte programme ce 15 août la série documentaire de Toby Ward en trois épisodes de 45 min : "L’Inde de Joanna Lumley" .

La pétillante comédienne est issue d’une famille de colons anglais installée dans la région du Cachemire. En août 1947, alors âgée d’un an, elle est contrainte de retourner en Angleterre, au moment où le pays retrouve son indépendance. 70 ans après, elle parcourt le pays du sud au nord, animée du désir de nous faire découvrir et aimer l’Inde. Son sens de l’humour, son énergie et sa tendresse pour le pays et ses habitants sont autant d’invitations au voyage qui commence à Madurai, au sud : cérémonies hindouistes, sauvegarde des éléphants sauvages, studios de cinéma à Hyderabad, rencontre avec des transsexuelles à Calcutta… Dernière étape dans la ville bouddhiste à la frontière du Népal où sa mère a grandi. A 21h40, Joanna Lumley poursuit sa visite à Bombay, Ahmedabad et au Rajasthan. A 22h25, direction le parc national de Ranthambore, Delhi puis le Cachemire. A 23h10, "Adieu, mon soldat indien", un documentaire-fiction qui met en scène la quête d’une femme partie sur les traces d’un soldat indien inconnu, fauché durant la Grande Guerre. Elle dévoile l’histoire des 140 000 hommes qui ont combattu en France et en Belgique, appelés à la rescousse par Londres.

Les richesses du sous-continent

Dès le dimanche 13 août, à 12h30, Arte diffuse "Zubin Mehta à Bombay". A l’occasion de son 80e anniversaire, en 2016, le chef d’orchestre indien, Zubin Mehta, originaire de Bombay, dirige l’Orchestre philharmonique d’Israël. Le 14 août, à 1h00, Arte propose "Ganesh Yourself", un documentaire expérimental impulsé par Emmanuel Grimaud. L’anthropologue et chercheur au CNRS a fait fabriquer un "robot Ganesh" capable de parler et d’interagir avec les enfants et les adultes qui le questionnent avec plus ou moins d’esprit, de sérieux et de provocation. En Inde, le dieu éléphant Ganesh est censé absorber tous les malheurs du monde. Tandis que cette programmation anniversaire ouvre une fenêtre sur la fabuleuse histoire du sous-continent.