Médias/Télé

Prenez un sujet plutôt bateau et racoleur, susceptible de tenir en haleine, environ deux heures durant, le petit voyeur qui sommeille en chaque téléspectateur. La chirurgie esthétique, tiens, par exemple. Et titrez l'émission pour appâter: «Plaire à tout prix».

Sélectionnez quatre témoins, bien belges, que la pudeur n'étouffe pas, et suivez-les, «façon Delarue», au fil de leur aventure: avant, pendant et après. En l'occurrence, il s'agit d'interventions de chirurgie esthétique: peeling facial au phénol pour Martine, implants mammaires pour Nancy, lipoaspiration pour Brigitte et remodelage des pectoraux pour Andy, qui, sur la plage, souffrait de se sentir dans la peau d'une crevette.

Faites venir, sur le plateau, ceux qui ont tenté de leur ôter leur(s) complexe(s), des médecins, tout émoustillés à l'idée de montrer leur bobine à la télé et, qui sait, de gonfler leur patientèle au passage. Ajoutez une touche plus exotique: pourquoi pas un reportage à Rio, temple de la chirurgie esthétique où l'on se fait une liposuccion comme nous allons chez le coiffeur?

Dans la foulée, repérez au sein du public deux élus, enclins à se prêter au jeu du relooking au cours de l'émission. Imaginez une surprise pour pimenter la soirée et, histoire de compléter le tableau, agrémentez le tout d'un concours, couronné d'un séjour de thalasso en Martinique. De quoi motiver les téléspectateurs.

Pour orchestrer le spectacle, sous les applaudissements nourris d'un maigre public, Marylène Bergmann, tout enjouée, limite hilare, félicite les courageux témoins, qui sont passés sur le billard: «En tout cas bravo, c'est très réussi!». Et si c'est Marylène qui le dit...

Mélange de genres

Fameux micmac pour une émission somme toute sympathique, que l'on a toutefois du mal à situer. D'information? Pas vraiment. Certes, on apprend comment se déroulent les interventions. Exemple: en gros plan, aspiration d'un visqueux mélange de sang et de graisse, qui fait dire à la jeune blonde en pleine trituration qu'

«on dirait un milk-shake à la fraise». Façon de voir.

Mais que sait-on réellement de plus? Le prix de l'opération? 1250 € pour une lipo; de 3000 à 4000, la paire de pectoraux. Sur les risques, pas grand-chose en comparaison avec la part accordée aux reportages et témoignages présentés en première partie. Juste trois mots d'un médecin, qui les présente comme identiques à ceux inhérents à toute intervention chirurgicale (infection, hémorragie, anesthésie...) et quelques ratés présentés succinctement en fin d'émission rappellent que la chirurgie esthétique n'est pas sans danger. Et là, on peut en effet saluer le courage des personnes venues témoigner sur le plateau d'une bien triste expérience qui a parfois fait basculer leur vie.

Mais peut-être «Plaire à tout prix» se veut-elle émission de société? De ces spectacles où les personnes n'hésitent pas à se livrer, face à la caméra, en l'occurrence âme et corps. A moins qu'il ne convienne davantage de parler plus simplement d'une émission de divertissement?

La réponse de Stéphane Rosenblatt: «Nous avons voulu proposer une émission de société divertissante, grand public, de proximité, qui se veut instructive, traitée sur un ton plutôt positif et léger». Au spectateur d'apprécier.

© La Libre Belgique 2005