Médias/Télé

Dimanche prochain, le scrutin régional permettra de savoir si la campagne de séduction menée par le Vlaams Blok auprès des électeurs francophones à Bruxelles aura porté ses fruits. Et si, comme on le craint, le parti extrémiste flamingant parviendra à bloquer les institutions bruxelloises.

C'est dans ce contexte que Jean-Claude Defossé, vieux briscard de la RTBF, a eu l'idée judicieuse de plonger dans les archives de la chaîne publique pour retrouver la trace de tous ceux qui, aujourd'hui, se présentent en dragueurs très policés des voix francophones.

«J'ai fait un travail de flic en montrant le vrai visage des gros bras du Blok», résume M.Defossé. De ce travail de fouineur, plus sobre qu'à l'habitude, le téléspectateur francophone tenté par les discours nauséeux du Blok devrait à tout le moins sortir perplexe, voire choqué.

Filip Dewinter, Karel Dillen, Gerolf Annemans, Bert Eriksson («avec deux ss, ça tombe bien...», relève Defossé), Xavier Buisseret, Frank Van Hecke, Luk Vermeulen,... Dans les années 1970 et 1980, tous ces tristes personnages offraient sous le regard des caméras un visage et un discours nettement moins adouci qu'aujourd'hui.

C'était l'époque des marches du VMO (en tenues para-militaires), des manifestations du Voorpost, des hommages fleuris aux anciens du Front de l'Est, etc. Dans chaque cas, on retrouve en pleine action - souvent violente - les responsables actuels du Blok. Soit ce que Defossé appelle «la grande famille brune flamande» qui, en Flandre, n'hésite pas à brandir les crocs du lion flamand et qui, à Bruxelles, se drape en mouton.

Un double visage qui a conduit des francophones à distribuer, en toute naïveté, des tracts du Blok durant la présente campagne...

© La Libre Belgique 2004