Médias/Télé

Il n’a pu échapper à personne que mardi soir, Nagui et ses équipes avaient investi Bruxelles pour quatre heures de concert retransmises tant sur France 2, La deux et TV5 en télé que sur Europe 1 et Twizz en radio. En roi de cette grande Fête de la musique, un Nagui moins animateur de télé que promoteur de spectacle. Depuis 14 ans qu’il anime "Taratata", son carnet d’adresses est bien rempli. Difficile en effet d’imaginer une telle affiche sans le crédit qu’il a pu acquérir auprès des artistes au fil du temps. De Ziggy Marley (qui ouvrait les festivités avec "Don’t Give up the Fight" de son père) à Aloe Blacc en passant par Yael Naïm, de grands noms avaient fait le déplacement place des Palais. Comme le public ! Nagui annonçait ainsi fièrement 50 000 personnes massées sur la place et jusque dans le parc Royal

Plus qu’un "Taratata" classique, c’est donc à un concert géant qu’ont eu droit les téléspectateurs. Mais si, sur place, l’ambiance semblait surchauffée, dans son canapé, distance oblige, on est moins dans le mood. D’une scène à l’autre, les chansons s’enchaînent avec un Nagui en grande forme en passeur de plats de luxe, souriant, heureux comme un gamin sur scène, filmant ses invités avec son téléphone portable Si quelques artistes réveillent un peu l’atmosphère (entre autres les locaux de l’étape, Selah Sue et Stromae), on finit quand même par s’agacer des tics de Nagui, qui introduit chacune des prestations d’un "Faites du bruit !" pour les conclure par "C’est énorme !" Deux expressions répétées de façon à ce point systématique qu’elles en deviennent suspectes. Certains des invités à la fête restaient en effet deux ou trois crans en dessous

L’ennui gagnant, on regarde le spectacle d’un œil de plus en plus distrait et l’on allume l’ordi, curieux de jeter un œil aux réactions sur Twitter. Ce qui apporte un vrai relief à la soirée ! Sur la place des Palais ou devant leur télé, les internautes twittent en effet à tout va. Et, très souvent, ils ne sont pas tendres ! Cela va du "Au fond il y a plus de monde pour Nagui et "Taratata" sur la place des Palais que pour une marche pour l’unité de la Belgique " à "L’idée de venir faire chanter des mauvais chanteurs avec des bons musiciens est intéressante". En passant par le sobre "Fête de la musique : on voit les chansons qu’on écoute à la radio." Sans oublier la rengaine : "Encore une fois "faites du bruit" ou "c’est bon ça" et je prends le Villo jusqu’au palais pour lui faire bouffer son micro !"

Mais ne boudons pas notre plaisir. En grand pro, Nagui a offert une soirée sans couac et un vrai événement qui a chauffé Bruxelles à blanc en ce début d’été. Et l’on a même eu droit à quelques grands moments. Les couche-tard ont ainsi pu se délecter de la reprise du "Boys Don’t Cry" de Cure par le délirant Julien Doré et Chico et ce qui reste des Gypsy Kings ! Une note totalement kitsch qui rachetait une soirée un peu trop lisse pour que la musique puisse réellement être à la fête !