Médias/Télé

Inutile de vous refaire le petit couplet habituel: outre le sport et le cinéma, Be tv a fait des séries son fond de commerce. Des séries, bien entendu, inédites en Belgique francophone et à chaque fois marquée du sceau de la créativité.

Si la filière américaine est abondamment exploitée par la chaîne à péage, elle est également - et de plus en plus - à l'affût des meilleures créations de Sa Gracieuse Majesté. La dernière en date, «The Office», fut un grand moment. A tel point que l'intégrale de la série de David Brent sera rediffusée le 1er mai - fête du travail! - à partir de 9 heures 30 (sur Be Ciné 2). A ne pas louper pour les distraits et amoureux de l'humour (décalé) britannique.

Le 1er mai est à marquer d'une pierre blanche pour ces mêmes amoureux. Diffusée cette fois en clair, au rythme d'un 26 minutes chaque dimanche à 19 heures (sur Be 1), la série «Little Britain» semble - sur base des extraits diffusés par la chaîne - aussi excellente que désopilante. «C'est à la hauteur des Monty Python et comparable au phénomène des Snuls» , s'enorgueillit Christian Loiseau, directeur des programmes.

Sketches au vitriol

Conçu en 2001 comme un show radiophonique (BBC) par Matt Lucas et David Walliams, à la fois scénaristes et acteurs, «Little Britain» a fait le saut du petit écran en 2003. Le succès est tel que la BBC décide de la diffuser sur sa première chaîne, attirant quelque 6 millions de téléspectateurs par épisode. Signe de ce succès: certaines expressions de la série sont passées dans le langage courant des Britanniques. Inutile d'ajouter que la série a collectionné les «awards» en 2004.«Little Britain» se présente comme une succession de sketches décrivant au vitriol, à travers des personnages excentriques, la Grande-Bretagne de l'ère Blair. Sebastian (secrétaire du «Prime minister»), Denver Mills (médaillé des JO), Emily Howard (travesti), Ray McCooney (hôtelier), Andy (handicapé très particulier), Daffyd Thomas (homosexuel)... Autant de personnages très «politiquement incorrects» interprétés par le duo Lucas-Walliams et qui collent aux traditions britanniques au point d'être souvent dérangeants.

Be tv annonce également le lancement, en juin, d'une mini-série diffusée sur Channel 4 («Sex traffic»). Dans un autre registre, nous vous reparlerons du documentaire «Men in tights» (prévu le 4 mai à 20h30 sur Be Ciné 1).

Au rayon des séries américaines, Be tv vient d'acquérir au Miptv de Cannes les droits de «Over there», une production de Fox qui suit les tribulations d'une unité US en Irak. La diffusion est annoncée pour les fêtes de fin d'année. Enfin, que les fans de «24 heures» se réjouissent: les saisons 4 et 5 sont entre les mains de la chaîne à péage.

© La Libre Belgique 2005