Médias/Télé

Producteurs, diffuseurs et créateurs peuvent-ils faire converger leurs intérêts pour créer des champions dans la compétition internationale ? C’est une des pistes évoquées lors du colloque qu’organisait mardi 5 décembre l’université Paris II Panthéon Assas, sur le thème des "stratégies des groupes audiovisuels européens". Des acteurs majeurs de l’audiovisuel français ont exposé leur stratégie d’adaptation, comme Fabrice Larue, président du groupe Newen, dont l’ambition est de devenir un leader européen de la production et de la distribution des contenus audiovisuels.

"En créant Newen il y a dix ans, nous avons pris nos responsabilités en nous associant à des producteurs indépendants français. Tout en leur laissant la liberté de création, nous avons mutualisé la recherche et développement, la post-production, la distribution, etc. Ce qui nous a permis de produire la série "Versailles", qui a demandé 5 ans et demi de R & D, pour un coût de 2,7 millions d’euros par épisode". Un montant élevé pour une série française, à mettre cependant en relation avec la puissance industrielle de certaines séries américaines, qui affichent des montants exorbitants de plus de 10 millions de dollars par épisode.