Médias/Télé

Certes, il ne s'agira pas d'un examen de recrutement digne de ce nom, tel que celui organisé en 1987. C'était le dernier grand examen avec appel public aux candidatures organisé par la RTBF pour étoffer ses équipes de journalistes. Il s'agira néanmoins d'une épreuve sérieuse et relativement ambitieuse, dépassant le cadre assez confidentiel des tests de confirmation très à la mode, ces derniers temps, à Reyers.

Donc, jeudi dernier, le conseil d'administration de la RTBF a donné son feu vert à l'organisation d'un «test de sélection de journalistes d'information politique», dont la tenue devrait, selon nos informations, s'étendre de la mi-mai à la mi-juillet. Les premiers engagés - on parle, à ce stade, d'une bonne dizaine de personnes - devraient faire leur apparition dès le début du mois d'août, histoire d'être à pied d'oeuvre pour la rentrée de septembre.

L'organisation de ce test de sélection répond à la mise en oeuvre de nouveaux projets figurant dans le plan d'entreprise 2001-2005 approuvé en début d'année par la direction de l'entreprise publique culturelle autonome. Certains de ces projets entreront en vigueur en septembre, comme la refonte de «Régions soir», le lancement de la «radio de nuit» ainsi que la mise à l'antenne d'émissions frappées du label «télévision citoyenne». D'autres, comme la «télé du matin», sont annoncés pour le début de l'année prochaine. Tous nécessiteront la mobilisation d'équipes rédactionnelles élargies, d'où la décision de recruter.

Le test le terme examen est à bannir dès lors qu'il n'y aura pas de publication au «Moniteur» ne se limitera pas au personnel déjà actif à la RTBF. Il concernera tous les universitaires ayant introduit un CV depuis le 1er janvier 2000. Il serait encore temps de le faire. Les journalistes de l'audiovisuel et de la presse écrite, ayant cinq années d'ancienneté, seront aussi autorisés à prendre part à l'épreuve. Précision importante: les engagements ne se feront pas à titre définitif

Quant au test proprement dit, on nous l'annonce costaud, avec épreuves écrites et orales, le tout sous le contrôle d'un jury «élargi» à des personnalités externes à la RTBF. Le seuil de réussite a été fixé à 70 pc.

SPORTS: GALLET EN DÉMINEUR

Lors du même conseil d'administration (marathon) de jeudi dernier, il a également été question de la démission de Roland Bruneel en tant que rédacteur en chef du Service des sports de la RTBF (voir LLB 31/03). Si ladite démission a été entérinée par le CA, on apprend à bonnes sources que le conseil n'a pas répondu positivement à la proposition de l'administrateur général, Christian Druitte, de lancer immédiatement un appel à candidatures. Les administrateurs, désireux de voir enfin clair dans le fonctionnement chaotique du service sportif, ont confié une mission exploratoire à Jean-Pierre Gallet. D'ici la fin mai, le directeur de l'information est invité à remettre un état des lieux agrémenté d'éventuelles recommandations structurelles. Il sera alors toujours temps de nommer un successeur à Roland Bruneel

© La Libre Belgique 2001