Médias/Télé

C’est en écrivant que l’on devient scénariste, en tournant qu’on devient réalisateur et en produisant qu’on devient producteur. Cette nécessité de s’exercer tout en étant guidé est à l’origine de la création par la RTBF et la Fédération Wallonie-Bruxelles d’une formation spécifique destinée aux auteurs, réalisateurs et producteurs de séries, sorte d’atelier ou d’académie des séries. Une idée annoncée depuis quelques semaines déjà (cf. LLB du 21/03) qui vient d’être concrétisée ce mercredi sous l’appellation "L’atelier du Fonds (des séries belges)". Soit 12 modules d’une journée, au rythme de trois par mois, de septembre à janvier 2018.

Contrairement à un film "semblable à un dériveur se déplaçant élégamment sur les flots, la série est un paquebot, cela ne se dirige pas tout seul et tout changement de cap peut faire perdre beaucoup de temps". Cette métaphore de Sylvie Coquart, responsable de la fiction à la RTBF, permet de mesurer l’ampleur du chantier qui s’ouvre face aux scénaristes et aux équipes créatives lorsqu’ils abordent le domaine de la série. Même pour ceux qui ont déjà tâté du cinéma, la série - en raison de son rythme et de sa densité (d’univers, de personnages et d’intrigues) - reste un défi de taille. Quant à ceux qui n’ont jamais écrit, "il faut qu’ils apprennent les méthodes qui permettent de ne pas se perdre en route" et de se renouveler d’épisode en épisode, de saison en saison. La série est un art et comme tout art, il nécessite qu’on s’y exerce et le pratique comme tout bon artisan.

Théorie et pratique réunies

Même s’il existe de nombreux talents dans l’écriture, la réalisation et la production en Belgique francophone, "on constate l’inexpérience de la plupart des auteurs, réalisateurs et producteurs dans le domaine particulier des séries longues contemporaines en 26’ et 52’ et l’inadéquation des anciennes méthodes de travail à la création de ces séries".

Concrètement, la formation sera composée d’un cursus "Ecriture de série", comportant des parties théorie et pratique; un cursus "Vision partagée", théorie et pratique et une série d’événements spéciaux telles des masterclasses, ouvertes au public, données par des intervenants extérieurs, sans oublier un club TV.

"Le but premier de cette formation est de donner des outils concrets aux créateurs de série mais aussi de leur donner confiance", explique Sylvie Coquart.

Il s’agit en fait de "booster" la dynamique déjà mise en place par le Fonds des séries. "Depuis son lancement en 2013, on a vu des croisements, on a assisté à des rencontres, ce qui a permis d’en extraire des pépites", poursuit la responsable de la fiction. Pour toutes ces raisons, "l’échange d’expérience avec des professionnels sera privilégié tout comme les collaborations entre participants".

La première rencontre est prévue fin juin à Bozar avec Nicola Lusuardi, scénariste, directeur d’écritures pour Sky Italie, "script doctor" et professeur au sein de "Serial Eyes", formation européenne sur la conception de séries basée à Berlin.

Travail commun sur une série-école

La formation s’adresse en priorité aux auteurs des projets déjà sélectionnés par la RTBF et la Fédération Wallonie-Bruxelles lors des trois dernières réunions du comité, mais aussi à tous ceux que l’aventure tenterait. Car au-delà de la formation, l’idée est de "favoriser les rencontres et une émulation entre professionnels afin de faire émerger de nouvelles équipes créatives et de nouveaux projets".

La partie pratique de la formation visera à s’assurer que les méthodes et outils ont bien été intégrés par tous, en pariant sur le concret : la réalisation d’une série-école (en 26 minutes, la première année) dont il faudra développer le concept et créer les personnages jusqu’à en créer une version dialoguée, prête à tourner. Cette partie de la formation sera animée par Martin Brossollet. Membre de l’équipe de Sylvie Coquart, ce scénariste formé à Columbia a notamment été coauteur des séries françaises "La Crim", "Sœur Thérèse.com" ou "Alice Nevers".

A cette formation théorique et pratique s’ajouteront deux modules spécifiques, l’un consacré à l’analyse de la télévision et de l’audience et l’autre, à la compréhension et à la négociation des contrats. Histoire que les candidats soient tout à fait armés pour s’engager dans la jungle de la création télévisée.