Médias/Télé

AMBIANCE

Dans l'étroit couloir qui mène au studio 6 de la RTBF, une ribambelle d'enfants piaffent d'impatience. Au-devant de la file, le trio des Free Spirits et quelques-uns de leurs copains d'Eurokids. Derrière eux, ils sont quarante, tous munis d'une chemise blanche, membres du choeur des enfants de La Monnaie. Sur le coup de 20h20, Nancy Sinatra les entraîne dans un vibrant «Envie d'aimer». C'est parti pour près de trois heures d'émission, de reportages présentés en direct des pays sinistrés, de variétés, de témoignages,... Et de dons!

Cela fait plus de deux heures que les couloirs de Reyers résonnent des ultimes préparatifs d'une soirée exceptionnelle pour la RTBF et RTL-TVI, partenaire d'un soir de la chaîne publique. Il faut remonter à 1999, et à l'action Kosovo, pour retrouver pareille aventure médiatique. Pour les radios des deux chaînes, la journée arrive à son terme. Du Nord au Sud du pays, quelque 400000€ ont déjà été récoltés en ce début de soirée. «Ce qui fut vraiment gai à voir, c'est l'esprit de complicité entre les animateurs de la RTBF et de RTL. Et puis, un duplex entre La Première, VivaCité et Bel RTL, c'est historique!», se réjouit Arnaud Quitelier (La Première).

«Qu'il est grand, ce studio!», s'exclame Florence Reuter au moment de découvrir le plateau du «concurrent» ertébéen. La présentatrice de RTL-TVI rayonne aux côtés de Thomas Van Hamme. Ils seront à la manoeuvre depuis Reyers. Anne Delvaux et Laurent Haulotte feront de même depuis le centre d'appels téléphoniques disposé dans un studio de RTL, avenue Ariane. «Après la terrible tragédie du 26 décembre, il faut avant tout penser à l'espoir et à la construction», répète une dernière fois Thomas Van Hamme.

Les lignes explosent!

Une heure avant le coup d'envoi de l'émission, les responsables des deux chaînes font un petit tour du propriétaire. «Tout le monde a vraiment mouillé sa chemise pour offrir le meilleur aux téléspectateurs. Ce soir, on ne parlera pas d'audience... On jugera le succès de la soirée à l'ampleur des dons récoltés», confie Jean-Paul Philippot, administrateur général de la RTBF, en compagnie de Philippe Delusinne, son homologue de TVI. Depuis une petite dizaine de jours, les équipes des deux chaînes ont multiplié les contacts pour faire de la soirée «Asie Solidarité» un succès inédit.

Les personnalités politiques, tous partis confondus, s'engouffrent dans le studio 6. Au total, 220 personnes y prennent place. Après vingt minutes à peine d'antenne, le standard téléphonique... explose! Les animateurs sont contraints d'annoncer un nouveau numéro d'appel pour permettre aux téléspectateurs d'exprimer leur solidarité envers les victimes du tsunami. Les dons affluent de façon presque inespérée. Sur le coup de 21 heures, le compteur national - commun aux émissions RTBF/RTL-TVI et VRT/VTM - affiche déjà le montant de 27,5 millions d'euros. Vers 22 heures, on en est déjà à plus de 30 millions. Les dons de nombreuses entreprises et d'organisations du pays défilent en bas de l'écran. Les particuliers prennent d'assaut les quarante lignes du call-center.

Sur le plateau, entouré de dizaines bougies et de photographies d'enfants asiatiques, un jeune touriste hutois, présent en Thaïlande lors du drame, donne avec émotion son témoignage et explique l'action de récolte de fonds organisée dans sa ville. En direct de Colombo ou de Banda Aceh, les reporters de la RTBF et de RTL-TVI rappellent l'horreur des dégâts. Mais il faut penser à l'avenir, répètent inlassablement les ONG actives sur le terrain.

© La Libre Belgique 2005