La télévision, toujours au centre de nos vies

Hubert Heyrendt Publié le - Mis à jour le

Médias/Télé

Chaque année, IP Network International, qui chapeaute les régies publicitaires de RTL Group à l’échelle internationale, présente sa très intéressante étude "Key Facts Télévision". Dévoilée à la presse et aux annonceurs belges, mardi matin, l’édition 2012 n’apporte pas de grande révélation mais insiste à nouveau sur un fait : la télévision généraliste traditionnelle a encore de beaux jours devant elle. Sous-entendu, pour les annonceurs : continuez à y placer vos campagnes publicitaires !

Le Français Marc Schorestene, directeur d’IP Network, avait fait expressément le déplacement à la RTL House pour prêcher la bonne parole, avec un argument béton : la durée d’écoute de la télé est toujours en hausse. En moyenne en 2011, l’Européen a regardé la télé 3 h 50 par jour (+2 min). Avec 3 h 44 (-2 min) - soit quand même 16 % de sa journée, sommeil compris ! -, le Belge francophone est dans la moyenne. C’est plus que le Luxembourgeois (dernier du classement avec 2 h 58), le Flamand (3 h 07) ou le Japonais (3h 20), mais moins que l’Américain (4 h 50) et le Serbe, champion avec 5h 05 par jour devant la télé !

Cette augmentation est notamment imputable à la prise en considération, depuis 2008, de l’audience de la télévision en différé (enregistrements, catch up ) : 12 pays ont déjà franchi le cap et l’Europe dans son ensemble sera sondée d’ici 2015. En Belgique, cette vision différée ne représente que 3,5 % de la consommation télé globale mais le chiffre est en augmentation constante. Et il s’agira de le mesurer au plus près pour pouvoir commercialiser ces audiences auprès des annonceurs

Pour les analystes des "Key Facts", la hausse constante de la consommation s’explique aussi, plus globalement, par l’explosion de l’offre - on a dépassé cette année le cap des 9 000 chaînes recensées en Europe - mais aussi le confort de plus en plus grand qu’offre un petit écran de moins en moins petit Les écrans plats sont désormais la norme, représentant déjà 69,2 % du parc européen (69,4 % en Belgique), tandis que 62,5 % des foyers sont déjà équipés pour la haute définition (64,7 % en Belgique). Et l’offre est enfin là : de 274 chaînes HD en 2009, on est passé à 612 chaînes en 2011 à l’échelon européen, contre seulement une vingtaine de chaînes 3D. Une technologie toujours à la traîne. Contrairement à la télévision connectée. Toujours balbutiante et assez limitée dans son offre, elle concerne en effet déjà 10 % des Européens (et 7,8 % des Belges).

Qui dit télé connectée, dit évidemment accès à l’Internet haut débit. Là encore, les chiffres sont en hausse : 58,4 % des Européens sont déjà équipés et 64,8 % des Belges. Et c’est là que se situe la vraie concurrence pour la télévision, avec tous ces autres écrans connectés qui ont fait leur apparition avec la révolution digitale. Ainsi, les Européens sont déjà près d’un tiers à être équipés d’un smartphone et 2,7 % d’une tablette.

Si l’on a pensé, un temps, qu’Internet allait cannibaliser la télévision, les études se succèdent et montrent qu’il n’en est rien. Le temps passé devant un autre écran n’empiète pas sur celui passé devant la télé, il s’y additionne. D’autant la pratique du second screening semble déjà bien rentrée dans les mœurs. On suit désormais un match de foot en consultant les classements sur son portable ou l’on regarde "Belgium’s Got Talent" en jetant un œil sur l’application dédiée sur sa tablette, tout en twittant sur son smartphone. Et IP de rappeler qu’une bonne partie du trafic Internet vient de requêtes liées aux contenus télévisés

La qualité des programmes, voilà qui reste évidemment le fer de lance pour les chaînes si elles veulent attirer les spectateurs et donc les annonceurs. Le quintet de tête des programmes les plus fédérateurs reste toujours le même : le sport, suivi des séries, de la variété, de l’info et du cinéma. Mais on est parfois surpris en apprenant ce qui fonctionne le mieux. La meilleure audience européenne en 2011, avec 17 millions d’Allemands devant la ZDF, était un match de football féminin, une finale Allemagne-Japon ! Où l’on se rend compte que si les formats internationaux continuent de cartonner un peu partout - la série "Les experts" et le jeu "Qui veut être millionnaire ?" sont toujours les programmes les plus regardés au monde -, la proximité reste une clé. En Espagne et en Italie, les 10 programmes les plus regardés en 2011 étaient 100 % locaux

Publicité clickBoxBanner