Médias/Télé

Feu vert! Après plusieurs mois de travaux intenses, parfois tendus, la nouvelle Deux a obtenu jeudi la bénédiction finale du conseil d'administration de la RTBF, le dernier à se réunir avant les vacances. Le CA devait en outre adopter la grille de rentrée de La Une, dont la seule véritable nouveauté sera le remaniement de la tranche info 18h50-20h05.

Initialement, la nouvelle Deux aurait dû naître avec le printemps, le 21 mars dernier. Pour cause de changement précipité d'administrateur général, quelques semaines plus tôt, sa naissance dut être reportée au 2 septembre. Ce qui ne tombe pas vraiment plus mal quand on s'appelle La Deux...

Il faudrait en fait davantage parler de renaissance. `La mission essentielle du projet était de donner une identité à La Deux, d'en faire véritablement une chaîne à part entière´, explique Carine Bratzlavsky, nommée coordinatrice de La Deux en septembre 2001.

Esprit nouveau

Pour beaucoup, l'élaboration du projet, qualifié parfois de `reformatage´ de la deuxième chaîne de la RTBF, fait figure de cas d'école - de révolution? - des nouvelles procédures que tente de mettre en place depuis peu la direction de la RTBF, emmenée désormais par Jean-Paul Philippot. Réflexions en groupes de travail, appels à projets avec audition des candidats, organisation de castings (internes et externes), définition d'une ligne éditoriale et d'une image cohérentes, etc. Autant d'éléments qui paraissent évidents mais qui, à la RTBF, ne vont pas toujours de soi. Preuve en est la résistance à laquelle les équipes de Bratzlavsky ont été confrontées tout au long de leur travail. Certains pointent à nouveau du doigt les directions des centres régionaux, peu enthousiastes à l'idée de voir une `responsable de chaîne´ s'immiscer dans le choix et l'articulation des programmes mis à l'antenne. Qu'importe: à l'instar du processus en cours sur le terrain des radios, et en attendant qu'un coordinateur soit aussi désigné pour La Une, cette nouvelle manière de procéder paraît irréversible.

Si certains lui reprochent d'exceller dans la réflexion de haut vol, au détriment parfois d'une capacité à faire atterrir des projets, Carine Bratzlavsky a pour elle une force de conviction redoutable. M.Philippot, à peine nommé à la tête de Reyers, put s'en rendre compte. Lorsqu'il présenta le projet de nouvelle Deux au conseil d'administration, à la fin mars, il le fit avec enthousiasme, convaincu que le projet était porteur d'éléments - cohérence, lisibilité, identité,... - à même de casser l'image brouillonne, voire fourre-tout, de La Deux.

`Quand je vais au cinéma, illustre Bratzlavsky, je choisis d'abord un lieu. En allant à l'Arenberg, à Bruxelles, je sais d'avance qu'on y passe des choses intéressantes. Dans un premier temps, j'aimerais qu'il en aille de même pour La Deux. Que les téléspectateurs, mais aussi les producteurs, cessent de se demander: c'est quoi La Deux?´

Au-delà des nouveaux projets d'émissions déjà connus (lire ci-dessous), en quoi consiste cette nouvelle Deux? La coordinatrice reprend de la hauteur: état d'esprit, ligne éditoriale, âme, savoir-faire et faire savoir, remise en cause, expériences,... Autant d'éléments qui constituent la nouvelle colonne vertébrale d'une chaîne en quête de reconnaissance. Joli défi.

© La Libre Belgique 2002