Médias/Télé

Dans la nuit du 20 au 21 mai prochain, les rotatives de `La Libre´ imprimeront un journal d'un genre nouveau. Qu'on la qualifie de `tabloïd´ ou de `compact´, `La Libre´ abandonnera le broadsheet pour un format qui a essaimé à travers l'Europe. Sur le marché belge de la presse quotidienne de qualité, les expériences restent limitées alors que les enquêtes attestent de la forte attente du lectorat, en particulier francophone.

L'adoption d'un format réduit n'allait pas de soi. Aux attentes des lecteurs, très demandeurs d'avoir entre les mains un journal pratique à lire, s'opposaient des fortes réticences du monde publicitaire. Pour faire bref, sur le marché belge, la page `tabloïd´ se vend aux annonceurs à un prix inférieur à la page broadsheet. D'où le risque énorme, pour une entreprise de presse, de ne pas compenser les pertes publicitaires par les gains, incertains, en diffusion payante du journal. Ce risque apparaît aujourd'hui limité.

OPÉRATION RONDEMENT MENÉE

Le groupe IPM, qui avait déjà innové en 1996 avec le passage de `La Dernière Heure´ au format tabloïd, a décidé de faire également basculer `La Libre Belgique´ et, ainsi, de donner satisfaction aux lecteurs.

Le basculement, qui s'opérera le mardi 21 mai, aura été mené en un temps record puisque la décision de principe du conseil d'administration d'IPM de changer le format de `La Libre´ date du 12 décembre dernier. Et ce n'est que le 21 mars, soit deux mois avant le jour `J´, que le feu vert définitif fut donné...

Depuis, la mobilisation de la rédaction et des autres services du journal a redoublé d'intensité. A moins de huit semaines de l'échéance, les choix graphiques de la nouvelle `Libre´ sont quasiment finalisés. Nathalie Baylaucq, graphiste de la nouvelle maquette, en livre les grandes lignes ci-dessous. Classique mais audacieuse, sobre mais résolument moderne, structurée mais surprenante,... Jean-Paul Duchâteau, directeur de la rédaction et rédacteur en chef de `La Libre Belgique´, place la nouvelle réforme dans le sillage de la `refondation´ opérée en 1999. `C'est d'ailleurs le succès de l'opération qui, aujourd'hui, nous permet de franchir l'étape du format compact. Depuis 1999, les performances de `La Libre´ ont été systématiquement meilleures que celles du marché de la presse quotidienne prise dans son ensemble´ explique-t-il.

CONTINUITÉ ET NOUVEAUTÉS

Le nouveau format s'accompagnera-t-il d'un nouveau projet éditorial? Au-delà d'une mise en page repensée en fonction des espaces nouveaux (`La Libre´, hors suppléments, offrira un volume quotidien compris entre 50 et 60 pages) et d'une `Une´ qui surprendra, tous les éléments appréciés dans la version actuelle seront accentués. Le déroulé des séquences (Belgique, Europe, Monde,...) sera maintenu. `Nous resterons aussi très attachés au double niveau de lecture, alliant informations courtes et articles plus longs´ ajoute M. Duchâteau. Enfin, `La Libre´ continuera à privilégier la dimension `débats´.

Des nouveautés sont prévues et dévoilées à partir du 21 mai. On peut d'ores et déjà annoncer l'encartage d'un cahier `sports´ de 32 pages chaque lundi matin et une refonte de la partie magazine du samedi. Pour le reste, rendez-vous le 21 mai...

© La Libre Belgique 2002