Médias/Télé "Lady Di, la femme qui s’était trompée de vie", un documentaire sur  La Une, à 21h50.

A l’occasion du 20e anniversaire de la mort de la princesse Diana, La Une propose deux documentaires. A 20h25, "L’héritage de Diana", présenté par Stéphane Bern, suivi de "Lady Di, la femme qui s’était trompée de vie". Réalisé par le psychanalyste Gérard Miller et Anaïs Feuillette, le 2e retrace en détail la vie de la princesse de Galles. Quel autre destin tragique que celui de cette icône planétaire méritait une analyse aussi approfondie ?

Le prince Charles, héritier du trône d’Angleterre, avait comme premier rôle de se marier et d’avoir son propre héritier. Sa mère lui présenta Diana Spencer, issue d’une famille prestigieuse et jugée docile. Voilà sans doute la plus grande erreur de casting de l’Histoire. Traumatisée par une enfance rythmée par le divorce de ses parents, Diana était perturbée, émotive. En acceptant le mariage avec Charles, elle s’attendait à vivre un conte de fées, déjà très amoureuse du Prince. C’était sans compter sur l’amour de Charles pour Camilla, qu’il était obligé de voir en secret. La nouvelle princesse a cru un temps pouvoir se débarrasser de la maîtresse de son mari, faisant don de sa personne à la monarchie. "Le fabuleux mariage de Charles et Diana était une mascarade à laquelle tout le monde faisait semblant de croire", explique un expert interrogé dans le documentaire. S’en suit une pluie de révélations et de scandales : les époux jouent la comédie du bonheur devant les médias; Diana se laisse tomber dans les escaliers alors enceinte de William; elle se venge de Charles avec la publication d’un livre; elle confie avoir tenté de se suicider et annonce en 1992 avoir, elle aussi, une relation extraconjugale. La princesse s’est lancée dans une guerre médiatique contre le prince et est parvenue à perdre sa place au sein de la monarchie.

Victoire du palais

Si le documentaire livre une analyse psychologique surprenante du destin de Lady Di, richement illustrée et appuyée par plusieurs spécialistes, il en révèle surtout les moments tragiques jusqu’à son décès en 1997. Celle qui a sans doute fait l’erreur d’être trop humaine et d’avoir pensé pouvoir défier la Reine, a tout de même apporté un moment de grâce dans la monarchie. Diana, sincère et généreuse, a modernisé l’image de la famille royale. Le film rappelle combien elle était glamour, proche des "gens d’en bas" et de ses fils. Cette analyse captivante retrace les aventures d’une rebelle emblématique, une femme au pouvoir médiatique sans précédent.