Médias/Télé

Le dossier RMB –régie publicitaire contrôlée par la RTBF (51 pc) et UGC (49 pc) – refait parler de lui. Et il risque encore de faire couler pas mal d’encre au cours des prochaines semaines!

Vendredi, on s’attendait à ce que le conseil d’administration de la régie publicitaire de la RTBF désigne, huit mois après le départ précipité de l’administrateur délégué Pierre-Paul Vander Sande, un nouveau patron –affublé du titre de directeur général– à la tête de la RMB. Il n’en a rien été. Que du contraire. D’après nos informations, la nomination du “DG” aurait pris une tournure inattendue et… très tendue.

Petit rappel. Au début de l’été, l’administrateur général de la RTBF, Jean-Paul Philippot, était chargé de rencontrer les personnes susceptibles de reprendre la gestion de la RMB. Des premiers contacts furent établis. La semaine dernière, le Comité permanent de la RTBF –présidé par Marie-Hélène Crombé, également présidente de la régie– accélérait le mouvement en annonçant l’organisation d’une audition de six candidats: Yves Gérard, André Van Hecke, Alain Back, Alexandre Pijcke, Philippe Portois et Marc Fortems.

Jeudi après-midi, les six postulants étaient auditionnés par la présidente, les trois vice-présidents et l’administrateur général de la RTBF. Résultat des courses? Motus! Dans les coulisses, la rumeur faisait état vendredi d’une “short list” composée d’Alexandre Pijcke (ancien patron de l’agence Euro RSCG) et Alain Back (ex-directeur commercial de Canal+ Belgique). Avec une préférence, nous dit-on, pour le premier. Et André Van Hecke, soutenu ouvertement par Marie-Hélène Crombé?

M.Philippot n’en voudrait pas, ce qui irriterait fortement Mme Crombé. Bonjour la cacophonie!

Douche froide

Vendredi matin, lorsque s’ouvre le conseil d’administration de la RMB, Mme Crombé et M.Philippot n’auraient pas eu le temps d’avancer leurs pions. D’emblée, Alain Sussfeld, directeur général du groupe français UGC, crée la surprise –et jette un sérieux froid dans un camp ertébéen où M.Philippot serait apparu assez esseulé– en réclamant, avant toute nomination d’un directeur général, une stratégie de redéploiement ambitieuse pour la RMB. Par la même occasion, M.Sussfeld s’empare du titre d’administrateur délégué (fonction qui, historiquement, revient à UGC).

En marge du conseil d’administration, d’aucuns interprètent le geste comme une reprise en mains de la RMB par UGC. Le groupe français, qui semblait vendeur de ses 49 pc, aurait-il fait marche arrière? Ou entend-il choisir lui-même le futur patron de la régie avant de se retirer? On se perd en conjectures.

La RTBF, de son côté, s’étonne de la remise en cause de la procédure de désignation du nouveau “DG”. Dans les coulisses de certains états-majors politiques, on va jusqu’à parler de gifle infligée à l’actionnaire public (et majoritaire!

Alain Sussfeld, que nous ne sommes pas parvenus à joindre, pourrait venir avec une proposition dans le courant du mois d’octobre. Quant aux 6 candidats auditionnés par la RTBF, on peut se demander s’ils ne sont pas les dindons d’une drôle de farce…