Médias/Télé Reportage

UNE VÉRITABLE FAMILLE EN OR que le public du jeu "Le Juste Prix". Etiquettes nominatives sur le pull, sourires aux lèvres, ils attendent sagement le début de l’enregistrement. Sur les conseils d’Eric, le chauffeur de salle, ils se déhanchent au son d’un tube et font monter la température du studio. Enfin, le générique Tout le monde l’entonne. Sous les ovations, Michaël Dufour, le nouvel animateur, entre en plateau, armé d’un tuyau d’arrosage. Il est vrai que le public du "nouveau" jeu de RTL-TVI est tellement "chaud" qu’il semble opportun de le rafraîchir en cette fin du mois de juillet !

Quelques coups d’arrosoir plus tard Coupez ! On recommence, problème technique oblige. Départ et puis retour de Michaël depuis les coulisses, sous les cris et applaudissements. Tuyau d’arrosage toujours à la main, l’animateur projette à nouveau de l’eau sur le public en folie, qui en redemande.

Enjoués, les spectateurs du "Juste Prix" le sont. Et cela depuis presque quarante ans ! Né aux Etats-Unis, le concept est aujourd’hui diffusé sur les antennes de près de 40 pays différents. "Cette émission est universelle", explique Wiet Bruurs, directeur des divertissements de RTL-TVI. Si universelle que la chaîne francophone n’a rien touché à sa structure. Le jeu est en tous points identique à la version française réactualisée l’an dernier par Vincent Lagaf’ sur TF1. "La touche belge vient des candidats et de l’animateur", ajoute Wiet Bruurs.

Selon RTL-TVI, cette belgitude se caractérise par l’humour. C’est pourquoi la chaîne a fait le choix de placer Michaël Dufour sous les projecteurs. L’humoriste, plus connu pour ses one-man-shows ou sa carrière de comédien, endosse pour la première fois la veste d’animateur de jeu télévisé. Accompagné de Sacha Cortez en voix off et de gracieuses "Justes Princesses" en mini-robes bleues parsemées de strass, Michael s’est engagé à enregistrer treize émissions pour RTL-TVI. Mais il le souligne : "Je ne souhaite pas faire une comparaison avec mes prédécesseurs français. Je n’ai que deux obligations : être moi-même et respecter la structure du jeu."

Une nouvelle version belge qui demande encore à se rôder. Coupures à de multiples reprises, matériel défaillant, erreur dans les jeux, les tournages d’émission nécessitent jusqu’à 2 h 30 pour obtenir 35 minutes diffusables. Cela ne semble pourtant pas décourager les candidats venus tenter leur chance. "Les cadeaux à gagner sont une véritable motivation", insiste l’une des participantes. Choisis après un casting, ils sont six par émission à espérer remporter, in fine, la "Grande vitrine".

Au son des incitations des membres du public s’égosillant à crier "plus" ou "moins", ils estiment le prix d’appareils usuels de toutes sortes. "Le succès de ce jeu vient du fait qu’il partage le quotidien des gens qui dépensent chaque semaine de l’argent dans les grandes surfaces", précise Wiet Bruurs. Les cadeaux gagnés sont presque aussitôt emportés. Offerts par des sponsors, ils sont stockés dans un hangar derrière le plateau de jeu. De cette manière, les candidats chanceux qui en ont la possibilité peuvent directement embarquer leurs nouveaux biens à la sortie du studio 3 à Vilvoorde, où RTL-TVI et son homologue flamande VTM enregistrent ce "Juste Prix".

RTL-TVI n’est en effet pas seule à s’être lancée dans l’aventure. Comme sa consœur privée VTM, elle s’est laissé tenter par l’invitation faite par le complexe bruxellois de divertissement "Viage". L’idée initiale vient d’ailleurs de cette société, héritière et remplaçante de l’ancien Casino de Bruxelles, qui programme "Le Juste Prix" en "live show" tous les dimanches après-midi. Sous les projecteurs de sa salle de spectacle, elle propose les mêmes gains, les mêmes présentateurs francophone et flamand, les mêmes "Justes Princesses" mais sans caméra et sous réservation payante.

"Il s’agit d’une belle opportunité puisque nous avons partagé l’investissement à trois", précise le directeur des divertissements de RTL-TVI. Un partenariat qui se comprend implicitement au vu des boules colorées décorant le plateau de télévision, des symboles inspirés du logo du complexe de jeux. Et le lot de consolation des perdants ? Il n’est autre qu’un dinner show à "Viage".

Si l’audimat s’enflamme autant que le public assistant à l’enregistrement de l’émission, RTL-TVI risque à nouveau d’empocher la mise. Mais reste à voir si la sauce prendra avec les téléspectateurs belges, peut-être lassés d’un concept réchauffé.