Médias/Télé "Il fallait évoluer avant de lasser", annonce Patrice Golberg. La Une, 23 h 05.

Le magazine de vulgarisation scientifique - qui existe depuis 1998 - connaît un renouvellement constant. En 2017, c’est un vent de fraîcheur qui souffle sur "Matière grise" avec un tout nouvel habillage graphique, sonore et musical. "Il était très important que l’habillage évolue dans le sens où la science peut être simple et qu’elle concerne l’humain", explique Patrice Golberg, concepteur et présentateur dynamique du magazine.

Nouveau logo

Constamment branché sur les métamorphoses du monde, "Matière grise" continue de démontrer que la science est partout et qu’elle est composée de notions complexes et non compliquées. C’est à partir de cet aspect que l’équipe du magazine a construit le nouveau look qui habille l’émission de ce mercredi 25 janvier sur La Une. On y aperçoit le nouveau logo du magazine : une fiole contenant une Terre qui tourne. "Une manière d’apporter de la légèreté et de la fraîcheur à l’émission après presque 20 ans", analyse le présentateur.

Recherches insolites

"La manière de filmer, d’écrire et d’interroger les gens a changé", déclare Patrice Golberg en présentant le nouvel habillage. "Matière grise" revient avec un numéro consacré à une enquête décalée sur des recherches pour le moins insolites. Pourquoi une tartine beurrée tombe-t-elle toujours du mauvais côté ? Que cachent nos odeurs de pieds ? Pourquoi certains ont-ils peur des trous ? Des questions bizarres qui ont fait l’objet de recherches très sérieuses dont les réponses sont illustrées dans cette émission spéciale.

L’objectif de l’équipe était de faire correspondre l’habillage avec ce qu’on retrouve à l’intérieur du magazine. "Il fallait faire évoluer l’émission avant l’arrivée de signes de lassitude", annonce Patrice Golberg pour qui le rôle de l’émission est d’interpeller sur des thèmes variés. "Comme pour tout, il y a le risque d’une résistance au changement mais dans ma tête, cela fait des années que l’idée est présente", raconte le passionné de sciences.

L’horaire délicat

23h05. Une heure tardive en semaine pour la diffusion en télévision d’un magazine scientifique. "Et encore, parfois c’est même plus tard. On dépend de la durée des programmes précédents donc l’heure de diffusion varie à chaque fois", explique Patrice Golberg. "Mais on ne se plaint pas car on a une deuxième diffusion le samedi après-midi et le dimanche matin, des horaires où l’on se rattrape souvent", raconte-t-il.

Grâce à cette multidiffusion et à la plateforme en ligne Auvio, le magazine trouve une large compensation de ce premier horaire tardif. "Pour ‘Matière grise’, quand on calcule le coût de la production par rapport au nombre de téléspectateurs, on est dans le vert. On se débrouille avec peu de budget", analyse le présentateur.

Le 8 février, le magazine scientifique, régulièrement récompensé par de prestigieux prix internationaux, proposera un hors-série sur un thème original : tous les hommes pourraient tomber enceintes.