Médias/Télé

Au printemps, le MipTV. A l'automne, le Mipcom. La différence? Elle est devenue de plus en plus ténue au fil des années. Face à l'accélération des mutations qui touchent le secteur de l'audiovisuel, les deux rendez-vous cannois offrent, à six mois d'intervalle, deux occasions pour les professionnels du petit écran de faire leur marché.

Le Mipcom, qui fêtera du 4 au 8 octobre son vingtième anniversaire, est un rendez-vous incontournable. «C'est un peu le salon de l'alimentation de l'audiovisuel», confiait récemment une habituée de Cannes, Claire Colart (responsable des achats de documentaires à la RTBF). On y rencontre des professionnels de la programmation, on découvre de nouveaux formats, on entreprend des coproductions internationales, on recherche des financements, on vend et achète des programmes, on négocie des droits.

Dès lundi, quelque 10294 participants sont attendus au plus célèbre Palais des Festivals de la côte méditerranéenne. Une affluence qui, si elle se confirme, marquera une nouvelle hausse par rapport à la 19e édition. Parmi les participants, on recense 2724 acheteurs, 2708 entreprises et plus de 90 pays représentés.

Dans cette masse, la Belgique ne passera pas inaperçue puisque 88 sociétés sont inscrites au Mipcom 2004, dont les inévitables chaînes de télé (RTBF, RTL-TVI, Canal+, VRT, VMM) et une flopée de producteurs. Sur le seul stand de Wallonie Bruxelles Images, vingt-six sociétés disposeront d'une vitrine pour leurs activités.

Le Mipcom sera, comme à l'habitude, une belle occasion de prendre le pouls du secteur de l'audiovisuel. A priori, les affaires tournent plutôt bien, même si certains connaissent des difficultés (lire ci-contre). Il faudra attendre la fin de semaine pour connaître les nouvelles tendances commerciales du marché.

«Cette 20 e édition du Mipcom joue la carte de la nouveauté en proposant un large panel de conférences sur les secteurs émergents de l'industrie de la télévision», a annoncé Paul Johnson, directeur de la division TV de Reed Midem, organisateur de l'événement. Deux domaines devraient monopoliser les festivaliers: la TVHD (télé haute définition) et la «télé mobile». D'après une étude de Strategy Analytics, on évalue à 4,7 milliards de dollars le marché de la vidéo sur téléphone mobile en 2008 et 150 millions d'utilisateurs!

On épinglera encore, au menu du Mipcom, une «journée française» et la distinction de «Personnalité de l'année» remise à Gerhard Zeiler, patron de RTL Group.

© La Libre Belgique 2004