Le plan Druitte revu et allégé

PIERRE-FRANÇOIS LOVENS Publié le - Mis à jour le

Médias/Télé

A défaut d'une rentrée en bonne et due forme sur les écrans et les ondes de la RTBF, la rentrée ertébéenne de ce début 2001 s'inscrit dans le droit fil des derniers mois: à savoir l'élaboration - à l'abri des projecteurs - du plan d'entreprise 2001-2005, document qui servira de base à la renégociation du contrat de gestion de la RTBF dès la mi-avril.

Depuis le dépôt du plan Druitte à l'automne dernier, l'administrateur général et le conseil d'administration de l'entreprise publique autonome ont multiplié les réunions pour affiner la copie initiale de Christian Druitte. Les travaux vont passer à la vitesse supérieure dès la semaine prochaine. L'ambition est de boucler le plan pour le 25 janvier (quitte à peaufiner ultérieurement les options retenues).

Le plan Druitte - tel que dévoilé fin octobre - avait fait grand bruit en raison de l'ampleur des options formulées par le patron de la RTBF mais aussi, et surtout, des moyens financiers requis pour faire de la cité Reyers un service public multimédia. Mises côte à côte, les nouvelles initiatives avoisinaient la barre des 4 milliards de francs (plus un gros milliard lié aux investissements technologiques, dont le passage au numérique hertzien). Conclusion (qui avait fait bondir Richard Miller, ministre de l'Audiovisuel): sans financement extérieur complémentaire, dont une revalorisation de la dotation annuelle de la Communauté française, il faudrait sérieusement revoir les ambitions à la baisse

D'après des documents présentés par M. Druitte en séance du conseil d'administration du 14 décembre dernier, il apparaît que l'administrateur général a d'ores et déjà sérieusement élagué ce qui deviendra, sous peu, le plan d'entreprise 2001-2005 de la RTBF. Cela ne signifie pas que les mesures et les montants soumis lors du CA de la mi-décembre ne seront plus modifiés; mais cette nouvelle version light du plan Druitte constitue une étape supplémentaire dans le processus en cours.

DOTATION REVALORISÉE EN 2004?

L'administrateur général de la RTBF a pratiqué quelques coupes sombres dans les initiatives appelées à voir le jour d'ici 2005. Supérieures à 4 milliards de FB, ces initiatives ne pèseraient plus désormais que 2,637 milliards. Si on excepte le poste Internet (pour lequel les dépenses ont été revues à la hausse) et communication (statu quo), tous les autres ont été réduits assez substantiellement. Ainsi, selon les documents en notre possession, le budget 2001-2005 des initiatives nouvelles en télévision passe de 2,3 milliards (plan Druitte initial) à 1,4 milliard. Celui de la radio se réduirait, pour sa part, à peau de chagrin (106 millions sur cinq ans au lieu de 347 millions). Les postes patrimoine et personnel sont également en recul.

Comme il l'avait fait précédemment, M.Druitte a identifié une série de mesures de financement. Parmi elles, on retrouve la demande d'une indexation de la dotation publique à concurrence de 4 pc (et non plus de 2 pc), mais à partir de 2004 seulement, soit lorsque la Communauté française commencera réellement à tirer le bénéfice du refinancement décidé en 2000. M. Druitte mise sur d'autres sources de financement, qu'il s'agisse d'économies (gestion dynamique du personnel) ou de recettes nouvelles (publicité sur Internet, augmentation du taux de récupération de la TVA, hausse des recettes du câble,). Il resterait, malgré ces compensations financières, un solde négatif cumulé d'environ 200 millions de FB en 2005.

Quant au contenu du plan d'entreprise proprement dit, la version light ne permet toujours pas de voir plus clair dans les priorités que la RTBF sera inévitablement amenée à établir. Seuls constats: la modestie des projets radio, le renforcement du volet info en télévision et la recherche de partenariats pour faire face à la flambée des droits sportifs. Administrateurs et hiérarchie de la RTBF disposent encore d'une poignée de semaines pour faire leurs choix.

© La Libre Belgique 2000

PIERRE-FRANÇOIS LOVENS

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Vidéo
    Frédéric Beigbeder quitte France Inter après une chronique très gênante

    Les auditeurs de France Inter ont vécu un moment lunaire ce jeudi en écoutant la matinale animée par Nicolas Demorand. Comme chaque semaine, l'écrivain Frédéric Beigbeder est intervenu dans l'émission pour une chronique sous forme de billet d'humeur....

  2. 2
    Vidéo
    Jean-Jacques Bourdin s'en prend violemment à François Hollande en direct

    Le journaliste français en veut à l'ancien président et l'a fait savoir ce mardi. Le torchon brûle entre François Hollande et Jean-Jacques Bourdin. Celui qui a fait comprendre il y a peu qu'il pourrait faire son grand retour en politique est depuis ...

  3. 3
    Vidéo
    Quand le ministre de l'Education nationale française fait des fautes de conjugaison à la télévision

    Après Xavier Darcos incapable d'expliquer la règle de 3 en mathématique, l'émission Au tableau ! met en lumière les lacunes de Jean-Michel Blanquer en conjugaison.

  4. 4
    Vidéo
    "On ne dit pas au boulanger 'C'est dommage que votre petit pain ne soit pas gratuit'"

    A l'heure où les "fake news" et les désinformations se multiplient, le rôle de la presse revêt une importance prépondérante. La Libre s'inscrit dans cette démarche visant à proposer des informations vérifiées et crédibles. Toute cette semaine, à ...

  5. 5
    Auberge de jeunesse à Berlin, des restaurants... Les stratagèmes de la Corée du Nord pour gagner de l’argent à l’étranger

    Comment ne pas admirer le travail accompli par Marjolaine Grappe, Christophe Barreyre et Mathieu Cellard ? Ces derniers ont réussi à révéler les investissements opérés dans l’opacité par la Corée du Nord à l’étranger. Le trio signe un documentaire ...

cover-ci

Cover-PM