Médias/Télé

Le contrat de gestion actuel de la RTBF fait largement référence à l’éducation aux médias (à travers les articles 29, 6.1.a, 28.2.b., 36, 37, 72.7). La mise en place d’un "plan stratégique" a d’ailleurs été imposée au service public en 2014. "Celui-ci a permis de créer une véritable dynamique entre la RTBF et l’ensemble du secteur", soutien Stéphane Hoebeke, juriste et responsable de l’éducation aux médias à la RTBF.

Où en est le plan stratégique 2017 et quelle est l’offre actuellement disponible en matière d’éducation aux médias ?

Depuis 2014, on adopte chaque année un plan qui a une durée d’un an. Il y a, à chaque fois, une évaluation, une redéfinition des actions prioritaires et de nouveaux partenariats. Cette évaluation est réalisée avec le Conseil supérieur de l’éducation aux médias (Csem). […] On ne demande qu’à poursuivre dans cette logique. Le plan 2017 reprend de nouveaux objectifs. On essaye de davantage communiquer autour de ce que nous faisons. Car nous faisons beaucoup de choses mais le public n’est pas toujours au courant. Nous avons des programmes et des contenus spécifiquement dédiés à l’éducation aux médias : "Medialog", "Les décodeurs" avec Alain Gerlache, "Empreinte digitale", "Le journal du Web", "Surfons tranquille", etc. Mais il y a aussi un champ transversal. On peut faire de l’éducation aux médias parce que l’actualité l’exige dans un journal télévisé ou dans des émissions comme "On n’est pas des pigeons", "Jour Première" ou "Débat première". On pratique alors un décodage des médias; on débat sur la liberté d’expression, le recoupement de l’information, les fake news, etc. L’éducation aux médias porte en effet sur de nombreuses thématiques.