Médias/Télé

Le quotidien néerlandophone De Standaard ne publiera plus la chronique hebdomadaire de Dyab Abou Jahjah, après que ce dernier a estimé sur les réseaux sociaux que l'attaque de dimanche à Jérusalem n'était pas du terrorisme mais "un acte de résistance" et qu'il convenait de libérer la Palestine par "tous les moyens nécessaires".

Avec cette déclaration, le chroniqueur a franchi les limites du débat public que le Standaard entend mener sur sa plateforme, a indiqué le quotidien. Les propos de Dyab Abou Jahjah ont suscité de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux. "Nous trouvons qu'il est important de laisser une marge pour rendre le débat aussi large que possible. Et dès lors, de laisser la parole, aussi et surtout, à ceux dont les idées défient le consensus", déclare en substance le rédacteur en chef du Standaard, Karel Verhoeven, sur le site du quotidien. "Il y a cependant des limites aux débats les plus larges, et celles-ci se situent pour nous dans le soutien de la violence sans distinction", ajoute-t-il.

Depuis trois ans, le militant politique belge d'origine libanaise Dyab Abou Jahjah, fondateur de la ligue arabe européenne (LAE), publiait une chronique hebdomadaire dans les colonnes du journal du groupe Mediahuis. Sa position sur le conflit israélo-palestinien avait déjà à plusieurs reprises suscité des remous.

La LAE avait pour but de défendre la communauté musulmane en Europe et relayer ses plaintes. Plusieurs de ses actions avaient suscité la controverse. Il avait ensuite quitté le pays.

En 2009, sur Facebook, il qualifiait la Belgique de "shit hole".

© DR


Unia ouvre une enquête sur les déclarations de Dyab Abou Jahjah

Le centre interfédéral pour l'égalité des chances Unia va ouvrir une enquête à la suite de déclarations de Dyab Abou Jahjah sur les réseaux sociaux Twitter et Facebook concernant l'attaque perpétrée dimanche en Israël, a indiqué lundi le porte-parole d'Unia Bram Sebrechts.

Quatre soldats israéliens ont perdu la vie lors de cette attaque au camion-bélier survenue à Jérusalem.

Sur les réseaux sociaux et son blog personnel, le militant politique belge d'origine libanaise Dyab Abou Jahjah a toutefois estimé qu'il ne s'agissait pas de terrorisme mais "d'un acte de résistance". Il a ajouté qu'il convenait de "libérer la Palestine de l'occupation israélienne" par "tous les moyens nécessaires".

Ces déclarations ont suscité de nombreuses réactions et ont amené le quotidien De Standaard à mettre un terme à sa collaboration avec M. Jahjah, qui publiait chaque semaine une chronique dans ce quotidien néerlandophone.

Unia a également reçu quelques signalements de personnes courroucées par les propos du chroniqueur. "Nous allons désormais mener une enquête pour voir s'il y a eu une infraction", a commenté le porte-parole d'Unia.