Médias/Télé

En pleine période de négociation pour les droits de retransmission des rendez-vous sportifs, la RTBF tient à dédramatiser ses pertes (Ligue des Champions, matchs des Diables rouges à domicile). A l'aube de la nouvelle saison, elle se montre même résolument optimiste.

Gérard Lovérius rassure et affirme que le sport tiendra encore une place importante au Boulevard Reyers et ce malgré le changement d'administrateur général. Le budget sportif sera de 9,5 millions d'euros en 2002. Le directeur de la télévision souligne toutefois que `l'époque où la RTBF détenait tous les droits de retransmission est aujourd'hui révolue. Nous possédons cependant toujours la majorité de ces droits. La saison sportive redémarre d'ailleurs plus vite que d'habitude pour nous´.

C'est vrai qu'avec les Jeux olympiques hivernaux de Salt Lake City (du 8 au 24 février), la reprise du cyclisme et de la Formule 1 (début mars), ou encore le tennis et le football, l'actualité sportive va se bousculer pour l'équipe d'André Lembrée, directeur des sports.

`La saison sportive 2002 est prolifique, confirme-t-il. Il y aura trois disciplines phares avec le football et la Coupe du monde, le cyclisme et le Tour de France, et enfin le tennis avec Anvers et Roland Garros.´

Le discours de Michel Lecomte, responsable TV de la section sportive, confirme ces propos et met l'accent sur la continuité. "Nous allons valoriser au mieux les disciplines que nous possédons toujours. Nous allons les renforcer et les mettre en valeur. Nous le ferons pour le tennis et le cyclisme. En Formule 1, nous avons déjà creusé le fossé avec notre concurrent, TF 1, qui a pourtant d'autres moyens.´

Concrètement, la chaîne publique compte mettre sur pied des `plateaux´ avant le rendez-vous sportif mais également après l'épreuve. Les pourparlers sont aussi engagés pour les droits de retransmission des tournois de Wimbledon et de l'US Open, de même que pour la Fed Cup et la Coupe Davis. Le duo Laurent Bruwier - Julien Hoferlin est reconduit à l'antenne. Même chose côté cycliste, où on ne change pas une équipe qui gagne. Rodrigo Beenkens, le chef de file, compte faire aussi bien qu'en 2001, l'année de tous les records en terme d'audience.

Si un sport doit subir de plus profondes modifications, il s'agit à n'en pas douter du football, la discipline reine. La RTBF n'a jamais souhaité surenchérir et n'est pas prête à le faire, au risque (calculé?) de se faire chiper quelques parts de marché. `Nous avons perdu les droits de retransmission pour les matchs des Diables à domicile mais cela ne représente que 7 h 30 sur 700 h de programme sportif! C'est très peu de chose´, analyse André Lembrée.

`En tant que télévision publique, nous devons faire preuve de rigueur, confirme de son côté Gérard Lovérius. Pour les Diables, jamais nous n'aurions pris les droits au prix demandé. Question de principe, ce n'était pas possible.´ Concernant les droits pour le championnat de Belgique, la RTBF a posé un ultimatum (13 février) à la ligue, après plusieurs propositions communes avec Canal+ et VTM.

© La Libre Belgique 2002