Médias/Télé

"Tous les peuples ont fixé des anniversaires à la célébration de leurs triomphes, de leurs désordres, ou de leurs malheurs, car tous ont également voulu garder la mémoire des uns et des autres." (Chateaubriand "Mémoires d'outre-tombe") A l'origine, on trouve le mot latin "anniversarius", qui revient tous les ans, de "annus", année et "versus", participe passé de "vertere", revenir. Un anniversaire est, d'après le dictionnaire usuel, le jour anniversaire, qui peut donner lieu à une fête, à une cérémonie. On fête ou on célèbre un anniversaire, on découpe le gâteau d'anniversaire, on souhaite un bon anniversaire... comme nous le ferons tout au long de cette journée sur la Première en radio pour les vingt ans de nos émissions "La semaine infernale" et "Le jeu des dictionnaires". Et un jubilé ? Dans la religion judaïque ancienne, c'était une solennité publique célébrée tous les cinquante ans. Aujourd'hui, c'est plus couramment une fête célébrée à l'occasion du cinquantenaire, par exemple de l'Atomium, où nous avons enregistré nos émissions de cette semaine. Il est donc logique qu'on trouve à la racine du mot jubilé un mot hébreu "yôbhêl", corne, puisque cet instrument servait à annoncer la fête. En latin, le mot est devenu "jubilaeus", "annus jubilaeus". De là nous est arrivé le verbe "jubiler", se réjouir vivement. "Il déposa son colis compromettant à la consigne. Allégé de ce poids, il jubila en regardant d'un air goguenard l'employé." (Pierre Mac Orlan "Quai des brumes") Notons que ce grand formateur de mots que fut Louis-Ferdinand Céline emploie dans "Mort à crédit" un dérivé régulier, mais inusité : un jubileur !