Médias/Télé

L'oeuf ou la poule? «Nice people» n'a pas encore livré ses premiers secrets que la question remue déjà les esprits: TF 1 et Endemol ont-ils sucé l'idée de ce Loft européen au film de Cédric Klapisch ou, comme certaines mauvaises langues l'ont fait savoir, Endemol aurait-elle salopé la deuxième version du Loft sur M 6 en prévision de cette troisième édition sur TF 1 du jeu de télé-réalité?

Quoi qu'il en soit, et bien que la chaîne nie avoir calqué le concept du «Loft», difficile de ne pas tracer des parallèles entre les deux émissions. Dès ce samedi, selon douze jeunes gens feront leur entrée dans la villa aménagée à Nice par la production. Dans trois mois, l'un d'entre eux en sortira vainqueur, pour empocher 300.000 euros. Officiellement pour développer un «projet de vie», là où le «Loft» imposait que le montant mis en jeu soit investi dans l'immobilier.

La grande particularité de «Nice people», puisqu'il en fallait une pour continuer à épuiser le filon de la télé-réalité, c'est que ce vase clos réunira cette fois douze jeunes issus de douze pays européens (l'Angleterre, l'Allemagne, la Belgique, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la Pologne, la Russie, la Suède et la Suisse), mais maîtrisant tous le français. L'enjeu n'est plus de voir «comment on vit ensemble», mais selon la chaîne, de montrer que «L'Europe est une réalité» en étudiant les différences de mentalités entre les nationalités.

Si personne n'a oublié ses déclarations d'il y a deux ans où il flétrissait le principe même de la télé-réalité (« par choix éthique »), Patrick Le Lay, le pdg de TF 1, maintient aujourd'hui qu'il n'y a pas de comparaison qui tienne: « Vous porterez un jugement sur cette émission, après l'avoir vue », a-t-il répondu à une actionnaire de TF 1 qui l'interrogeait, à l'occasion de l'Assemblée générale mixte du groupe, sur les ressemblances entre les deux émissions. « Le concept de l'émission me paraît ressortir d'une autre philosophie que celle du Loft », a-t-il poursuivi, ajoutant que les candidats sélectionnés « parlent bien le français, pas tout à fait comme la plupart des habitants du Loft qui avaient souvent du mal à bâtir une phrase avec un sujet, un verbe et un complément ».

Une précision qu'on aura tout loisir de vérifier au cours de ces douze prochaines semaines, TF 1 ressortant pour l'occasion l'artillerie lourde de «Star Academy», avec une émission quotidienne en semaine, présentée par Flavie Flament et un «prime-time» le samedi, où la blonde animatrice sera rejointe par Arthur, également producteur. Les belles intentions europhiles ne doivent pas faire oublier la mécanique d'élimination, qui prévoit chaque semaine la sortie d'un candidat, éjecté par ses cohabitants. Question d'ajouter un peu de sel à cette soupe européenne, et se dédouaner de toute accusation de plagiat, TF 1 a également prévu qu'une star différente partage le quotidien des «eurolofteurs» chaque semaine, Ophélie Winter (déjà bonne cliente de «Star Academy») étant la première à se prêter au jeu.

Alors qu'elle a cru tout un temps être seule sur le terrain avec «A la recherche de la nouvelle star», M 6 se retrouve en tout cas avec une fameuse épine dans le pied, devant aujourd'hui faire face, en termes d'audience et de publicités à la grosse machine de TF 1. Mais "The Bachelor" s'annonce...

© La Libre Belgique 2003