Médias/Télé Comment un régime totalitaire a su transformer des enfants en soldats lors de la Seconde Guerre Mondiale. La Une, 20h50 ce vendredi soir.

Berlin, 1945. Le IIIe Reich vit ses derniers jours. Dans les rangs, des adolescents dont certains n’ont pas quinze ans. Leur unique objectif est de protéger leur chef suprême, Adolf Hitler. Des armes qui tremblent, un manque cruel d’expérience et la supériorité des Soviétiques laissent peu de place à la victoire. Mais quelques années auparavant, ils ont juré de donner leur vie à Hitler. Ils ont tenu promesse, transformés en véritables soldats sans état d’âme.

De la chair à canon

Les images ne trompent pas : vous êtes à l’aube de la Seconde Guerre mondiale. En 1932, le chef des Jeunesses hitlériennes fait comprendre au Führer que les enfants constituent l’avenir de son armée. En jouant la carte de la menace et de la séduction, il parvient, en seulement trois ans, à attirer cinq millions d’enfants. Grâce à un entraînement ludique et une éducation idéologique forte, les adolescents deviennent des guerriers. Hitler les éloigne de l’Eglise, de leurs parents, modifie les programmes scolaires et inculque la haine envers les Juifs.

"Nous n’avions jamais été flattés comme ça, on nous disait qu’on était l’avenir de la nation, nous étions enfin quelqu’un", raconte un ancien des Jeunesses hitlériennes. A partir de 1941, on apprend aux jeunes à tuer les Juifs, ceux qui refusent sont envoyés dans les mines. Dès l’hiver 1943, le cauchemar commence pour les jeunes soldats : bombardés par l’Armée rouge, ils deviennent de la chair à canon. Même après les massacres subis vers la Normandie, ils sont convaincus de gagner, aveuglés par le fanatisme.

Le documentaire "Jeunesses hitlériennes : l’endoctrinement d’une nation"  *** de David Korn-Brzoza et raconté par Vincent Lindon, est saisissant. A travers des images d’archives colorisées et des témoignages d’anciens membres, on saisit parfaitement comment des enfants ont pu adhérer aux idéaux du IIIe Reich.

Donner du sens à leur survie

Les membres des Jeunesses hitlériennes sont devenus des criminels de guerre lorsqu’ils ont commencé à assassiner leurs prisonniers. Capables de tout jusqu’au sacrifice, les soldats de 16-17 ans sont engagés dans les SS. L’armée d’Hitler est désemparée lorsqu’elle apprend sa mort, peu avant la capitulation.

Des millions d’enfants périssent sous les bombes russes, les autres sont faits prisonniers. Ceux qui sont rentrés au pays en ont presque oublié leur identité mais leur survie doit faire sens : comme ceux qui témoignent avec émotion dans ce documentaire, il y a une volonté de transmettre l’Histoire, pour éviter qu’elle se répète.