Médias/Télé La Française Sandrine Bonnaire a été couronnée lors de la huitième édition des Magritte. L'actrice-réalisatrice a en effet reçu le Magritte d'honneur lors de la cérémonie mettant en avant le cinéma belge francophone.

C'est une Sandrine Bonnaire émue aux larmes que le public a pu entendre lors de son discours, trophée en mains. "Ce prix, vous me l'offrez à moi mais vous honorez aussi tous ces gens qui ont fait de moi ce que je suis aujourd'hui" s'est exprimée la Française de 50 ans. "Merci de ce très bel accueil. Je ressens toutes les émotions du cinéma en 30 sec. Cet accueil si fort, je ne m'y attendais pas. Je suis assez admirative du cinéma belge et suis donc très touchée que vous mettez à l'honneur mon talent à moi."

En conférence de presse, Sandrine Bonnaire a ensuite affirmé qu'elle allait tourner son prochain film en Belgique en tant que réalisatrice.


Figure incontournable du cinéma d'auteur francophone, l'actrice a commencé à tourner dès l'âge de 15 ans. Ses débuts, elle les a fait dans le film "A nos amours" de Maurice Pialat. Ces premiers pas lui vaudront le César du Meilleur espoir féminin. Deux ans plus tard, elle est couronnée meilleure actrice aux César pour son rôle de Mona dans "Sans toit ni loi" d'Agnès Varda.

Outre ces deux prix, elle se distingue par cinq nominations pour le César de la meilleure actrice et un Prix d'interprétation à la prestigieuse Mostra de Venise pour "La Cérémonie" de Claude Chabrol en 1995. Issue d'une famille nombreuse et d'un milieu modeste, le naturel de son jeu séduit de nombreux réalisateurs d'envergure, parmi lesquels Patrice Leconte, Jacques Doillon, André Téchiné, Jacques Rivette, Claude Chabrol, Régis Wargnier, Raymond Depardon. Le critique cinéma Hugues Dayez a fait valoir sur scène les épreuves de la vie qu'elle a affronté avec force.