Médias/Télé Une nouveauté franco-belge fantasmatique. Episodes 1 et 2/6 à découvrir sur La Une, à 20h20.

Cette série aurait pu être construite autour du personnage d’Eve Mendel. Une professeure de français solitaire et engagée, mystérieuse et lumineuse à la fois. Une nuit, elle reçoit l’appel au secours d’une de ses élèves, Jennifer, à peine seize ans. Eve alerte aussitôt la gendarmerie mais elle n’est pas prise au sérieux par le lieutenant Virginie Musso (Suzanne Clément), méfiante, par réflexe, vis-à-vis de cette femme atypique. L’enseignante doit attendre l’arrivée, le matin, du capitaine Gaspard Decker (Samuel Labarthe), en place depuis peu, pour qu’une enquête soit ouverte sur la disparition de la jeune fille.

Série chorale

Le personnage d’Eve est porté par Alexia Barlier, actrice franco-néo-zélandaise embauchée par Michael Bay en 2016 pour incarner un agent de la CIA dans "13 Hours". Adepte des rôles physiques (elle joua notamment dans la série de Canal + "Kali"), la comédienne s’empare ici d’un registre plus subtil. Elle se glisse avec conviction dans la peau de cette jeune femme pleine d’étrangeté, dont on découvre qu’elle a été élevée dans la forêt, telle une enfant sauvage.

Eve Mendel n’est pas l’unique force d’attraction de La Forêt H H, imaginée comme une série chorale par le producteur Christophe Carmona et la créatrice Delinda Jacobs. Avec pour point de départ la disparition de cette adolescente, c’est toute une communauté, bâtie autour du village très vert de Montfaucon, qui va être ébranlée. Les liens entre les protagonistes se délitent, à mesure que les secrets de chacun sont révélés, et que les disparitions se succèdent.

L’époux de Virginie Musso, Vincent (incarné par Frédéric Diefenthal) voit sa tranquillité mise à mal par des textos destinés à le faire chanter. Sa fille Maya semble détenir, de son côté, un lourd secret mais garde le silence obstinément. Le père d’Océane, une autre amie de Jennifer, Thierry Rouget (interprété par le comédien belge Patrick Ridremont) est lui aussi, rapidement, dans le collimateur des gendarmes…

Sans révolutionner les codes du polar, le réalisateur Julius Berg réussit le pari de nous embarquer dans une mise en scène de la forêt, traitée comme personnage à part entière. Lieu des fantasmes les plus obscurs, où chaque personnage est confronté à ses angoisses, cette nature nous envoûte.

Rappelons que le tournage de cette coproduction franco-belge (dont nous n’avons vu que les deux premiers épisodes) s’est déroulé, en partie, dans les Ardennes l’été dernier. Diffusée également sur France 3 prochainement, "La Forêt", conçue comme une mini-série bouclée en 6 épisodes de 52 minutes, ne devrait pas connaître de suite. Elle a été bien accueillie au Festival Séries Mania, le mois dernier à Paris.