Médias/Télé

De même que les grilles de programmes sont désormais connues, permettant de mieux cerner le profil de la nouvelle venue AB 3 (voir LLB du 25 septembre), les dernières inconnues quant aux visages qui caractériseront la chaîne des 15-35 ans se sont envolées.

Depuis hier, en effet, comme le révélaient nos confrères de «La Dernière Heure», à la fois le rédacteur en chef et la présentatrice du JT de 18h35 sont désignés. Il s'agit, dans le premier cas, d'Erik Silance, ex-journaliste de RTL-TVI, plus récemment vu sur Télé Bruxelles, et, dans le second, de Vanessa Boulares, qui, jusqu'il y a peu, occupait les mêmes fonctions avenue Ariane. Cette seconde défection touche davantage Stéphane Rosenblatt, rédacteur en chef de RTL-TVI, même s'il assure que le départ de Vanessa ne désorganisera en rien le travail de son équipe. «J'ai peut-être juste un peu de tristesse par rapport à quelqu'un à qui nous avons offert sa chance et une certaine visibilité, mais Erik Silance n'était plus chez nous depuis longtemps. Et le fait que je les connaisse tous les deux ne change rien à la donne. Je pars du principe qu'il ne faut jamais attendre que le concurrent soit là pour s'interroger sur le travail que l'on fait. Cette remise en question est et doit être permanente. Nous le faisons aujourd'hui alors que le journal va bien, comme nous le faisions hier lorsque ce n'était pas le cas. Nous n'avons pas l'intention de nous asseoir sur nos lauriers. Quant à cette nouvelle concurrence d'un troisième journal télévisé en Communauté française, ma réaction reste: que le meilleur gagne, mais notre véritable concurrent demeure la RTBF.»

Johanna de TessièresPour le remplacement de Vanessa Boulares, Stéphane Rosenblatt n'évoque pas de nom précis, se référant à «la souplesse habituelle des équipes de RTL- TVI». Par ailleurs, la Bourse RTL-TVI, mise en place début avril 2001, lui ouvre des perspectives de recrutement: «Elle est toujours en cours et je pense que de bons éléments vont émerger d'ici peu. Ce départ ne pose donc aucun problème au niveau de la rédaction.»

Cet optimisme et cette sérénité, on le sait, n'étaient pas les mêmes affichés par Pol Heyse, directeur-général de RTL-TVI, dans «La Libre Belgique» d'hier, losrqu'il confirmait sa volonté d'assigner en justice AB 3 pour «concurrence déloyale» et «illégalité de la convention passée entre AB 3 (ex-YTV) et la Communauté française de Belgique», et ce par l'intermédiaire du cabinet du ministre Miller.

Ce lundi, la présidente du tribunal de commerce de Bruxelles, Mme Spiritus, devrait se prononcer sur la plainte en référé déposée par RTL-TVI à l'encontre de AB 3. Si la nouvelle chaîne franchit cette étape juridique, plus rien ne devrait s'opposer à la diffusion de ce programme à partir du samedi 6 octobre.

© La Libre Belgique 2001