Médias/Télé

Le petit village de Waimes, niché au coeur des Fagnes, n'est pas très connu. Pourtant, c'est bien lui qui «abrite » le Signal de Botrange, le Mont-Rigi, le lac de Robertville, la Baraque Michel et, depuis peu, la Star Academy belge diffusée sur l'antenne de RTL-TVi.

«Je suis content, c'est certain. Je crois que ça va vraiment faire connaître notre commune, qui possède de nombreux atouts touristiques mais qui n'a pas la notoriété qu'elle mérite », s'est exclamé le bourgmestre de la localité, Albert Mathonet.

A quelques dizaines de mètres à peine de la maison communale, trône la Pop Academy, devenue depuis jeudi la Star Academy. Des barrières tendues de plastique bleu ont été dressées devant l'imposant bâtiment et trois gardes veillent à la sécurité des Academyciens. Pas question d'approcher sans montrer son badge, seul précieux sésame qui permet de voir s'entrouvrir les barrières.

«Je suis bien contente. C'est une belle propagande pour la commune. C'est bien que ce bâtiment vive », s'est réjouie Emma Marechal, une voisine.

Les élèves de l'athénée tout proche sont également fiers. Et certains, comme Jérémy, Cyril et «Frisouille », n'hésitent pas à changer leur itinéraire pour passer devant l'académie. «Au début on n'y croyait pas. C'est super pour le village; pour une fois qu'il se passe quelque chose! Quand on passe, on regarde mais on ne voit pas grand chose. On chante, on fait un peu les idiots mais on ne sait pas ce qu'on ferait si on se retrouvait vraiment face aux élèves », ont-ils remarqué.

Ce week-end, le village, habituellement si calme, a vu ses premiers «touristes curieux ». Certains sont allés chanter sous les fenêtres de la Star Academy. Dimanche après-midi, d'autres se sont glissés sous les barrières pour applaudir ceux qui vont certainement devenir leurs idoles.

«C'est vrai qu'il y a eu un peu de raffut mais ce n'était rien de bien grave », a commenté un policier local. Le bourgmestre est rassuré: les autorités sont prêtes pour affronter ce type d'événement. «Nous avons eu deux réunions de coordination et les policiers locaux se sont rendus à Paris pour voir comment cela se passait avec la Star Academy française », a-t-il expliqué.

Pour le commerce waimerais, l'implantation à Waimes de la Star Academy est «une excellente chose ». Car outre les 10 élèves, ce sont aussi des techniciens, des membres de la production, etc. qui fréquentent l'école. Et pour le boucher local, Laurent Piront, également traiteur de l'académie, cela représente une soixantaine de repas tous les midis. «Il n'y a aucune exigence de la production mais on me demande tout de même de ne rien préparer de trop gras et de ne pas utiliser trop de crème fraîche. Tous les midis, je livre pour chacun un potage et un plat. Tous est frais et le menu change tout le temps », a-t-il souligné. Dans les assiettes ce lundi midi: potage aux poireaux, boulettes sauce champignons, tagliatelles et tomates gratinées.

Si la Star Academy à Waimes ravit tout le monde, elle enchante particulièrement un homme. Pierre Piront est «l'autre » directeur de l'école, le «boss » de la Pop Academy. Lui qui a prêté son appartement pour qu'il devienne le «loft » des Academyciens. «Je suis au service de la production. C'est une expérience magnifique pour nous et pour la commune. Je regarde les émissions, c'est certain. Vous savez, quand je vois mes murs, je vibre », a-t-il conclu, visiblement ému.

Le succès de Waimes ne risque pas de faiblir dans les prochaines semaines. La Star Academy belge a effet enregistré de bons débuts. Vendredi soir, le «prime time » a rassemblé plus d'un million de téléspectateurs devant la télévision, soit 85.000 de plus que le premier «prime » du 23 août. (BELGA)

© La Libre Belgique 2002