Médias/Télé

Départ surprise au service des sports de France Télévisions ! Lionel Chamoulaud a annoncé dans Le Parisien ce mercredi matin qu'il quitterait le service public au mois de juin, après les 24 Heures du Mans.

"Je quitte France Télévisions sans mélodrame ni claquement de porte", explique-t-il au quotidien français."Je ne pars pas à la retraite ! Mais j’ai désormais envie de gérer mon temps comme je l’entends. Après 37 ans de service public, j’ai envie d’être mon propre patron. Je vais faire de l’enseignement, de la production et du coaching", détaille-t-il encore.

En 2012, la chaîne publique avait choisi de ne pas lui confier les commandes du magazine Stade 2. Un choix qui a pesé dans la balance reconnait aujourd'hui Lionel Chamoulaud. "Cela n’a pas été très agréable à vivre, car j’aurais voulu rester encore un peu. Suite à cela, j’ai choisi de partir avant que ça moisisse. J’étais persuadé qu’on ne me reproposerait pas Roland-Garros après la dixième victoire de Nadal. C’est ce jour historique pour le tennis, où j’ai commencé à tourner la page."

Le journaliste sportif, passionné de tennis était aussi connu pour ses "chamoulades", des commentaires de tennis en direct. Il avait en effet parfois du mal à contenir ses émotions ou ses blagues et ses mots. Des petits écarts de langage repérés par l'équipe de Yann Barthès du Petit Journal et qui lui ont parfois valu d'être suspecté de racisme.

"Mon ancien patron n’a jamais voulu que j’aille sur le plateau de Yann Barthès, de peur que je me fasse étriller, commente Lionel Chamoulaud. Dommage, on en aurait plaisanté ensemble ! Ce n’est pas si facile d’être en direct sans savoir si on est là pour 1h30 ou 5 heures. Mais le plus pénible, ce sont les réseaux sociaux. Quelques blagues balourdes sur Kei Nishikori donnent lieu à un article : « Chamoulaud est-il raciste » ? La polémique fait « pschitt », mais le titre reste. La nouvelle génération doit faire attention au moindre mot."