Médias/Télé

Depuis qu’il est arrivé sur RTL, Stéphane Pauwels n’avait pas spécialement changé de registre par rapport à ses années RTBF : une émission foot en radio le dimanche soir (comme sur VivaCité), une chronique le matin chez Thomas Van Hamme (comme sur VivaCité aussi) ou encore des apparitions en TV pour la Ligue des Champions. De fait, l’émission pour laquelle il affirme avoir quitté la RTBF pour RTL, c’est le 18 octobre qu’on y aura droit, à 19 h 45.

Alors, ces Orages de la vie vont-ils éclater tel un coup de tonnerre dans le ciel cathodique belge ? Pour avoir vu le premier numéro, on est dans le registre de ce que RTL sait faire : une émission grand public, basée sur le témoignage, avec quelques larmes versées au passage. Le concept : Steph part à la rencontre de personnalités qui ont traversé un jour une mauvaise passe. Pour le premier numéro, on a droit d’abord à l’ex-footballeur Jean-Marc Bosman (celui du fameux arrêt Bosman), qui est aujourd’hui au CPAS. Changement de registre avec le second invité, Frédéric François. Ici, c’est un épisode peu connu de sa vie qui est abordé, lorsqu’à la fin des années 70, il est évincé par le disco et ne vend plus de disques. Il fait alors des crises d’angoisse et de spasmophilie. Il pense qu’il va mourir.

Deux thèmes fort différents. Et c’est là peut-être qu’on pourra trouver la principale critique : il n’y a aucun lien entre les deux sujets (qui sont diffusés l’un à la suite de l’autre) et on peut se demander si le public intéressé par Frédéric François se tracassera de Jean-Marc Bosman. À RTL, on en fait en tout cas le pari…

Et Pauwels ? Certains disaient qu’il n’excellait que dans son rôle de sniper. Il montre ici son autre visage, faisant preuve d’empathie pour ses invités. Lorsqu’il fait visiter à Frédéric François sa maison d’enfance, il a même un petit côté… Patrick Sabatier. L’émission en fait parfois trop dans la mise en scène (Steph part en Fiat 500 à la rencontre de ses invités). Mais on le sent sincère, avec un ton bien à lui, différent de ce que feraient des animateurs plus chevronnés. Il reste à attendre le verdict des téléspectateurs. Rendez-vous dans deux semaines.