Médias/Télé

C’est un secteur auquel un groupe comme le nôtre est très attentif. Les spots publicitaires et le merchandising n’en sont pas la première raison. Si nous voulons être n°1 sur les adultes, nous devons l’être sur les enfants. Ce qui justifie l’accord avec Studio 100 et les investissements futurs. Un partenaire local, à côté de Disney, qui soit référentiel sur l’ensemble des publics grâce à ses opérations sur le terrain, c’est essentiel", insiste Freddy Tacheny, directeur général RTL Belgium.

Stars du petit écran, Plop, Samson, Bumba et les autres le sont aussi des parcs d’attraction "Plopsa" à travers le pays. Avec 350 heures de contenu belge enfant diffusées en 2008 sur Club RTL, il s’agit d’un investissement important. "Cela nous coûte plus que cela nous rapporte, concède Freddy Tacheny, mais c’est un moteur familial." La famille qui a toujours été au cœur de la stratégie du groupe RTL et qui l’est plus que jamais au travers de sa stratégie multichaînes qui cible les divers âges et genres télévisuels (dessins animés, séries, sport). D’autant qu’avec Studio 100, ils ont trouvé un partenaire qui aime aller à la rencontre de son public via parades, spectacles, etc. Un mouvement qui ira croissant. "Plus, il y a de chaînes en concurrence, plus ce contact humain est important. C’est la même fonction que celle remplie par nos speakerines : créer du lien avec notre public. Lorsqu’un enfant croise Bumba ou Plop, il s’en souvient pendant des mois. Cette proximité est importante surtout que notre principal concurrent, TF1, a un budget 25 fois supérieur au nôtre."

La parade de Noël, les journées Télévie au parc et le train, l’anniversaire de Plop et le show de Saint-Nicolas ont été l’occasion de belles collaborations entre les deux maisons. Quatre dates ont déjà été retenues en mai et juin pour organiser le "Club des enfants" à Tournai, Binche, Chaudfontaine et Perwez; et divers projets de collaboration numérique sont prévus avec RTL à l’infini. "On était fait pour s’entendre !" sourit Freddy Tacheny.

Développements en français

Groupe belge implanté à Anvers, Studio 100 a le souci de se développer en Belgique et à l’étranger (Pays-Bas, France, Australie). Son chiffre d’affaires (100 millions €) repose pour 40 pc sur les parcs d’attraction et pour 9 pc seulement sur les films et la télévision. "Notre boulot, c’est de raconter des histoires", souligne Dominic Stas, responsable Benelux pour Studio 100. Pour ce faire, tous les médias sont bons. Grâce à une quinzaine d’employés francophones (sur 4 000), à la notoriété francophone apportée par Club RTL et au rachat du catalogue EM (Maya, Vicky, Heidi, etc.), Studio 100 tend toujours plus vers l’international.

En Belgique, aussi, les projets ne manquent pas. Avec l’arrivée de "Mega Mindy" (voir ci-contre), c’est un personnage phare de son catalogue que Studio 100 lance en français. Un premier "pas" vers les plus grands, avant l’arrivée de "Pat le pirate". Plop et ses copains ne seront pas délaissés pour autant : de nouveaux épisodes sont attendus tandis que le magazine "Plopsa" sera crédité de 5 minutes supplémentaires.