Médias/Télé

Si aucun compromis n'est trouvé dans le cadre du plan de restructuration de la RTBF, dit «Magellan», le personnel de l'entreprise publique se croisera les bras le vendredi 11 octobre, a indiqué jeudi la CGSP. N'étant pas d'accord sur certains points du volet social prévu par le plan de l'administrateur général Jean-Paul Philippot, le syndicat déposera vendredi un préavis de grève.

Les représentants de la CGSP et de la CSC de la RTBF ont reçu, la semaine passée, une note contenant les propositions de la direction en matière sociale dans le cadre du plan «Magellan». Elles prévoient des départs volontaires à partir de 55 ans pour les agents accumulant 20 ans de carrière à la RTBF. Des départs volontaires selon des conditions qui paraissent acceptables, puisque cette prépension sera assortie d'une garantie de revenu équivalent à 70 pc du traitement brut, estime-t-on à la CGSP.

En revanche, le syndicat est réticent quant à la révision du règlement des prestations qui prévoit notamment un système d'horaire coupé (arrêter le travail durant plusieurs heures pour le reprendre ensuite). «Cette mesure engendrerait un gros inconfort social pour le personnel», souligne M. Renda.

Autre mesure qui irrite la CGSP: la révision du statut du personnel. Le plan «Magellan» prévoit de préserver l'état statutaire pour les métiers liés à l'audiovisuel (journalistes, producteurs, techniciens, etc.) mais il ferait glisser les autres agents ertébéens (fonctions administratives) dans le domaine contractuel. Une mesure rejetée en bloc par la CGSP qui veut que l'ensemble des agents restent statutaires.

Des négociations auront lieu vendredi entre syndicats et direction avant la présentation du plan «Magellan» au Conseil d'administration la semaine prochaine. (BELGA)